Vue prise dans les pacages du Limousin

Huile sur toile, 97,79 × 133,99 cm.
Minneapolis Institute of Art.

Jules Dupré, Vue prise dans les pacages du Limousin
Photo : Minneapolis Institute of Art.

L’œuvre et le territoire

Jules Dupré est le premier artiste à présenter au Salon des vues prises en Limousin. Il débute au Salon parisien de 1831 avec deux envois : Intérieur de forêt et Entrée de bois. Bien qu’encore peu remarqué par la critique, l’artiste récidive quatre ans plus tard avec Vue prise dans les pacages du Limousin et une Étude faite dans les bois de la Creuse. Il répètera ces envois limousins en 1836 et en 1839 avant de quitter la région pour le Berry, la Gascogne et les Pyrénées.

Mais Jules Dupré pousse plus loin ses excursions. En 1832, il franchit la frontière limousine pour se rendre au village berrichon de Tendu, accompagné par son ami Louis-Nicolas Cabat.

Nous n’avions emporté chacun qu’une seule toile blanche. Jules Dupré ne voulait faire qu’un tableau, mais le faire entièrement d’après nature. Il planta son chevalet devant un massif de vieux chênes clos par une barrière servant de porte, sur le bord d’un chemin. Cette peinture, qui est un des chefs-d’œuvre de Jules Dupré, est d’une tonalité sévère, d’une exécution simple et serrée, d’une coloration vraie et forte, d’une puissance de ton vraie.

Un an plus tard, Jules Dupré revient en Berry, aux côtés cette fois de Constant Troyon et Jules André. Le petit groupe s’établit au hameau du Fay, sur les premières marches du massif central. C’est ici que se construit l’École de 1830.

Localisation