Vue aux environs d’Argenton

1833-1847

Huile sur toile, 82,5 × 100,5 cm.
Collection : musée d’art et d’archéologie de Guéret.

Jules André, Vue aux environs d’Argenton
Photo
© Musée d’Art et d’Archéologie, Guéret

L’œuvre et le territoire

Jules André est un artiste qui marque une transition dans l’art du paysage. Il compose ses toiles entre deux manières, celle du paysage classique et celle plus naturaliste de l’École de Barbizon. Ses compositions sont prises sur le motif, en plein air, puis retravaillées en atelier.

On retrouve dans ce tableau toute la rigueur héritée de Bertin à travers ces deux chênes monumentaux, encadrant et structurant la composition, tandis que, au centre, la perspective est creusée par le chemin qui aboutit à une calèche à peine visible. Le petit groupe relève de l’anecdote, il est là pour donner davantage de vie à la scène et traduit la spontanéité dont sait user l’artiste depuis son passage chez Claude-Henri Watelet.
C’est peut-être cette souplesse qui plaît au public : Jules André vend relativement bien ses paysages. Théophile Gauthier lui-même salue l’artiste à l’occasion d’une vue prise sur le Taurion près de Bourganeuf.

Localisation