Vitraux de la chapelle du Saillant

Entre 1978 et 1982.

© ADAGP, Paris, 2018.
Marc Chagall, la baie du chevet de la chapelle du Saillant
Photo : Jean-Michel Péricat
© DRAC Nouvelle-Aquitaine

L’œuvre et le territoire

En Limousin, l’art du vitrail a très bien été représenté pendant le XXe siècle, par exemple avec le célèbre verrier Francis Chigot qui apporta durant la première moitié du siècle un nouveau dynamisme à cet art monumental. Le cycle complet des vitraux de la chapelle du Saillant a été intégralement réalisé par Marc Chagall, artiste majeur du XXe siècle.

Marc Chagall propose six vitraux (la grande baie du chœur, quatre baies dans la nef côté sud et la rose du portail) fabriqués avec du sable de Loire et réalisés grâce à la technique du verre plaqué à laquelle s’ajoute le travail à l’acide.

Le projet s’est divisé en trois étapes. En 1978, est réalisée la baie du chevet dont le contenu, plus suggestif que figuratif, est une évocation originale du Paradis et de la Création. Le temps et l’espace sont évacués, seule reste la pureté première des quatre éléments : la terre dans la partie inférieure par des plages de rouge et de vert, l’eau représentée par les grandes plages bleues, l’air dans le dégradé très clair du bleu et dans l’oiseau blanc, et le feu par le rayon oblique jaune.

En 1979, les quatre baies de la nef, le Blé, l’Agneau, la Vigne et le Poisson, nommées ainsi par Chagall lui-même, sont réalisées à leur tour. Dans chaque vitrail, l’homme et la nature sont représentés. Il s’y déploie également un jeu subtil entre un univers séculier et celui de la Bible : le pain, le vin, l’agneau, le poisson, la colombe, nous rappellent autant la nourriture essentielle de l’homme que l’offrande et les sacrifices faits à Dieu (blé et agneau offerts par Abel et Caïn, le pain et le vin du prêtre Melchisédech, etc.)

La réalisation de la rosace est achevée en 1982. Ici, Marc Chagall surprend par le sujet : une nature morte composée de grands bouquets de fleurs, d’un coq et d’un soleil.

L’apparente simplicité des vitraux de Chagall est indissociable de la modestie de l’architecture de la chapelle. En 2008, elle est classée Monument historique en raison de la qualité exceptionnelle des vitraux qui sont d’ailleurs labellisés Patrimoine du XXe siècle.

Localisation