Le Curé de village Une route départementale...

Honoré de Balzac, Le Curé de village, Bibliothèque électronique du Québec, p. 148-151.

Une route départementale, récemment faite, enfilait cette plaine à un point de bifurcation sur la grande route. Après quelques lieues, se trouvait au pied d’une colline, comme son nom l’indiquait, Montégnac, chef-lieu d’un canton où commence un des arrondissements de la Haute-Vienne. La colline dépend de Montégnac qui réunit dans sa circonscription la nature montagnarde et la nature des plaines. Cette Commune est une petite Écosse avec ses basses et ses hautes terres. Derrière la colline, au pied de laquelle gît le bourg, s’élève à une lieue environ un premier pic de la chaîne corrézienne. Dans cet espace s’étale la grande forêt dite de Montégnac, qui prend à la colline de Montégnac, la descend, remplit les vallons et les coteaux arides, pelés par grandes places, embrasse le pic et arrive jusqu’à la route d’Aubusson par une langue dont la pointe meurt sur un escarpement de ce chemin. L’escarpement domine une gorge par où passe la grande route de Bordeaux à Lyon. Souvent les voitures, les voyageurs, les piétons avaient été arrêtés au fond de cette gorge dangereuse par des voleurs dont les coups de main demeuraient impunis : le site les favorisait, ils gagnaient, par des sentiers à eux connus, les parties inaccessibles de la forêt. Un pareil pays offrait peu de prise aux investigations de la Justice. Personne n’y passait. Sans circulation, il ne saurait exister ni commerce, ni industrie, ni échange d’idées, aucune espèce de richesse : les merveilles physiques de la civilisation sont toujours le résultat d’idées primitives appliquées. La pensée est constamment le point de départ et le point d’arrivée de toute société. L’histoire de Montégnac est une preuve de cet axiome de science sociale. Quand l’administration put s’occuper des besoins urgents et matériels du pays, elle rasa cette langue de forêt, y mit un poste de gendarmerie qui accompagna la correspondance sur les deux relais : mais, à la honte de la gendarmerie, ce fut la parole et non le glaive, le curé Bonnet et non le brigadier Chervin qui gagna cette bataille civile, en changeant le moral de la population. Ce curé, saisi pour ce pauvre pays d’une tendresse religieuse, tenta de le régénérer, et parvint à son but.

Après avoir voyagé durant une heure dans ces plaines, alternativement caillouteuses et poudreuses, où les perdrix allaient en paix par compagnies, et faisaient entendre le bruit sourd et pesant de leurs ailes en s’envolant à l’approche de la voiture, l’abbé Gabriel, comme tous les voyageurs qui ont passé par là, vit poindre avec un certain plaisir les toits du bourg. À l’entrée de Montégnac est un de ces curieux relais de poste qui ne se voient qu’en France. Son indication consiste en une planche de chêne sur laquelle un prétentieux postillon a gravé ces mots : Pauste o chevos, noircis à l’encre, et attachée par quatre clous au-dessus d’une misérable écurie sans aucun cheval.

Honoré de Balzac, Le Curé de village (Une route départementale...)

L’œuvre et le territoire

Afin d’infléchir Jean-François Tascheron, l’Évêque charge donc l’abbé Gabriel de se rendre à Montégnac afin de convaincre l’abbé Bonnet de se rendre auprès du condamné.

Il est particulièrement difficile de localiser précisément Montégnac, lieu sorti de l’imaginaire de Balzac nourri sans aucun doute, comme le note Alfred Fray-Fournier, d’excursions entre Saint-Léonard et la limite de la Creuse.
Ainsi, nous pouvons supposer que Montégnac pourrait correspondre à Mérignac, à proximité de Bourganeuf, et que Delphine de Girardin, dans ses Lettres parisiennes, en 1838, évoque : s’étend[ant] sur vingt collines la superbe forêt de Mérignac, digne d’un cadre de tableau, sombre océan de chênes qui roule à l’horizon d’immenses vagues de verdure.

Mais cette supposition est bien loin de satisfaire à tous les critères que Balzac confère à cette localité de Montégnac. Ainsi, voici ce que l’on en sait :

  • Montégnac est distant de Limoges de neuf lieues, soit environ quarante-cinq kiomètres ;
  • Montégnac est situé en Haute-Vienne, c’est même le chef-lieu d’un canton où commence un des arrondissements de la Haute-Vienne, mais est voisine de la Creuse et de la Corrèze ;

L’abbé Gabriel, à qui l’évêque donna sa voiture, partit vers deux heures du matin pour Montégnac. Ce pays, distant d’environ neuf lieues de la ville, est situé dans cette partie du Limousin qui longe les montagnes de la Corrèze et avoisine la Creuse.

Honoré de Balzac, Le Curé de village, Bibliothèque électronique du Québec, p. 141.
  • le voisinage de la Corrèze est à plusieurs précisé à travers le premier relief corrézien à proximité, la Roche-Vive :

[...] elle poussa son cheval avec témérité vers le premier pic de la Corrèze, où, malgré l’avis de ses deux guides, elle s’élança. Elle atteignit seule au sommet de ce piton, nommé la Roche-Vive, et y resta pendant quelques instants, occupée à voir tout le pays.

Honoré de Balzac, Le Curé de village, Bibliothèque électronique du Québec, p. 267.
  • Montégnac est situé sur Ce grand plateau, taillé d’un côté par la vallée de la Vienne, de l’autre par les jolis vallons de la Marche, puis par l’Auvergne, et barré par les monts corréziens [...] (p. 146), après Saint-Léonard-de-Noblat :

Pour se distraire, il [l’abbé Gabriel] étudia le pays qu’il traversait, et fit à pied plusieurs des côtes sur lesquelles serpente la route de Bordeaux à Lyon.
À cinq lieues au-delà de Limoges, après les gracieux versants de la Vienne et les jolies prairies en pente du Limousin qui rappellent la Suisse en quelques endroits, et particulièrement à Saint-Léonard, le pays prend un aspect triste et mélancolique. Il se trouve alors de vastes plaines incultes, des steppes sans herbe ni chevaux, mais bordés à l’horizon par les hauteurs de la Corrèze. Ces montagnes n’offrent aux yeux du voyageur ni l’élévation à pied droit des Alpes et leurs sublimes déchirures, ni les gorges chaudes et les cimes désolées de l’Apennin, ni le grandiose des Pyrénées ; leurs ondulations, dues au mouvement des eaux, accusent l’apaisement de la grande catastrophe et le calme avec lequel les masses fluides se sont retirées. Cette physionomie, commune à la plupart des mouvements de terrain en France, a peut-être contribué autant que le climat à lui mériter le nom de douce que l’Europe lui a confirmé. Si cette plate transition, entre les paysages du Limousin, ceux de la Marche et ceux de l’Auvergne, présente au penseur et au poète qui passent les images de l’infini, l’effroi de quelques âmes ; si elle pousse à la rêverie la femme qui s’ennuie en voiture ; pour l’habitant, cette nature est âpre, sauvage et sans ressources. Le sol de ces grandes plaines grises est ingrat.

Honoré de Balzac, Le Curé de village, Bibliothèque électronique du Québec, p. 143-144.
  • Montégnac est accessible en prenant pendant une heure (en voiture à cheval) une départementale depuis la route Bordeaux-Lyon passant par Limoges, Saint-Léonard-de-Noblat, Sauviat-sur-Vige, Bourganeuf...
  • à proximité de Montégnac se trouve le Gabou ruisseau ou rivière sur lequel sera construit un « barrage » afin d’irriguer les terres incultes du domaine... Nous avons trouvé un ruisseau nommé le Gabouyreau, affluent de l’Auvézère, prenant sa source au Coursaleix, sur la commune de Montgibaud en Corrèze, commune limitrophe de la Haute-Vienne. Là, cependant, guère de grande forêt qui arrive jusqu’à la route d’Aubusson par une langue dont la pointe meurt sur un escarpement de ce chemin...

À propos de Le Curé de village

Le Curé de village est un roman d’Honoré de Balzac d’abord publié en trois livraisons dans le journal La Presse en 1839 et que l’auteur remanie à plusieurs reprises pour les éditions en volume, la première datant de 1841.

Le Curé de village est le récit de l’enfance choyée de Véronique Sauviat puis de son triste mariage, d’un crime qui défraie la chronique et affole la société limougeaude suivi de la mise à mort du condamné et enfin de la longue expiation de Véronique.

Les Sauviat, couple d’Auvergnats installé à Limoges comme ferrailleurs et chaudronniers, ne trahissent guère la réputation attachée à cette contrée. Durs en affaires, économes, illettrés mais dotés d’une mémoire et d’un sens des chiffres hors du commun, les Sauviat prospèrent et espèrent offrir un riche parti à leur fille unique Véronique, née en mai 1802, le plus bel enfant de la basse-ville, élevée chrétiennement et qui à neuf ans, [...] étonna le quartier par sa beauté mais qui la vit gâtée par la petite vérole contractée à l’âge de 11 ans.

Véronique ne perdit pas non plus l’élégance et la beauté de son corps, ni la plénitude de ses lignes, ni la grâce de sa taille. Elle fut à quinze ans une belle personne, et ce qui consola les Sauviat, une sainte et bonne fille, occupée, travailleuse, sédentaire. [...] Le père et la mère furent heureux de la modestie de leur fille, qui n’eut aucun goût ruineux.

Honoré de Balzac, Le Curé de village, Bibliothèque électronique du Québec, p. 23-24.

Mélancolique, animée d’un fort sentiment religieux, Balzac la corrompt à la lecture du roman Paul et Virginie, l’un des plus touchants livres de la langue française :

La peinture de ce mutuel amour, à demi biblique et digne des premiers âges du monde, ravagea le cœur de Véronique. Une main, doit-on dire divine ou diabolique, enleva le voile qui jusqu’alors lui avait couvert la Nature. La petite vierge enfouie dans la belle fille trouva le lendemain ses fleurs plus belles qu’elles ne l’étaient la veille, elle entendit leur langage symbolique, elle examina l’azur du ciel avec une fixité pleine d’exaltation ; et des larmes roulèrent alors sans cause dans ses yeux. [...] Pour toute autre, cette lecture eût été sans danger ; pour elle, ce livre fut pire qu’un livre obscène. La corruption est relative. Il est des natures vierges et sublimes qu’une seule pensée corrompt, elle y fait d’autant plus de dégâts que la nécessité d’une résistance n’a pas été prévue.

Honoré de Balzac, Le Curé de village, Bibliothèque électronique du Québec, p. 33-34.

Forte d’une dot conséquente (presque toute la fortune de son père, sept cent cinquante mille francs), Véronique se marie à un riche banquier, M. Graslin. Dans leur belle maison de la place des Arbres, Véronique reçoit mais très vite s’échappe de cette société, tombe dans la solitude et dépérit.

Elle sentit une horrible répugnance à tomber dans le gouffre de petitesses où tournaient les femmes parmi lesquelles elle était forcée de vivre. Ce dédain écrit sur son front, sur ses lèvres, et mal déguisé, fut pris pour l’insolence d’une parvenue. [...]
Malheureuse dans toutes ses tentatives, mal jugée, repoussée par l’orgueil bas et taquin qui distingue la société de province, où chacun est toujours armé de prétentions et d’inquiétudes, madame Graslin rentra dans la plus profonde solitude.

Honoré de Balzac, Le Curé de village, Bibliothèque électronique du Québec, p. 66-67.

Vient un moment cependant où Véronique Graslin retrouve goût à la vie et reçoit cinq fois par semaine, ne tenant salon qu’avec les hommes de Limoges de quelque importance et des femmes, parisiennes de préférence.
C’est à cette époque que tout Limoges en vient à être bouleversé par le vol et le crime du vieux Pingret et de sa servante, dans le faubourg Saint-Étienne. Balzac fait de ce double homicide une triste conséquence de la peine de mort :

Pingret fut assassiné, pendant une nuit noire, au milieu d’un carré de luzerne où il ajoutait sans doute quelques louis à un pot plein d’or. La servante, réveillée par la lutte, avait eu le courage de venir au secours du vieil avare, et le meurtrier s’était trouvé dans l’obligation de la tuer pour supprimer son témoignage. Ce calcul, qui détermine presque toujours les assassins à augmenter le nombre de leurs victimes, est un malheur engendré par la peine capitale qu’ils ont en perspective.

Honoré de Balzac, Le Curé de village, Bibliothèque électronique du Québec, p. 94.

Très vite le coupable est identifié ; il s’agit de Jean-François Tascheron, un ouvrier porcelainier dont la conduite [était] excellente et qui devait faire fortune, originaire de Montégnac, bourg à la sulfureuse réputation (lieu imaginaire à la localisation délicate) :

Jean-François Tascheron était fils d’un petit fermier chargé de famille qui habitait le bourg de Montégnac. Vingt ans avant ce crime, devenu célèbre en Limousin, le canton de Montégnac se recommandait par ses mauvaises mœurs. Le parquet de Limoges disait proverbialement que sur cent condamnés du Département, cinquante appartenaient à l’Arrondissement d’où dépendait Montégnac. Depuis 1816, deux ans après l’envoi du curé Bonnet, Montégnac avait perdu sa triste réputation, ses habitants avaient cessé d’envoyer leur contingent aux Assises. Ce changement fut attribué généralement à l’influence que monsieur Bonnet exerçait sur cette Commune, jadis le foyer des mauvais sujets qui désolèrent la contrée. Le crime de Jean-François Tascheron rendit tout à coup à Montégnac son ancienne renommée.

Honoré de Balzac, Le Curé de village, Bibliothèque électronique du Québec, p. 101.

L’Église alors souhaite utiliser le cas pour mettre en avant son pouvoir sur les conscience, être au-dessus de la Justice. Il s’agit donc de faire venir l’abbé Bonnet, installé à Montégnac.

Une fois devenue veuve, Véronique quitte Limoges pour s’installer à Montégnac. Double expiation d’une certaine façon puisque Véronique, au-delà de sa piété et des actes de contrition, s’attachera à rendre fertiles des terres jusqu’alors inexploitées et à faire de la misère de « ses gens » un lointain souvenir.

Le Curé de campagne doit sans aucun doute beaucoup à l’accueil que la famille Nivet a réservé à son auteur, le logeant dans leur maison de la rue des Combes, lui faisant visiter la ville... De même, c’est à l’occasion de ses séjours limougeauds et de ses voyages qu’il peut se familiariser avec la campagne limousine, comme le dit Alfred Fray-Fournier :

Un matin du mois de septembre 1832, sur les six heures, l’antique patache qui faisait le service régulier d’Angoulême à Limoges s’arrêta comme de coutume sur la place Dauphine, devant le bureau des messageries. Un étranger en descendit et fut reçu par un homme jeune encore, qui le conduisit aussitôt au domicile de la famille Nivet. Cet étranger, qui venait à Limoges pour la première fois, était Honoré de Balzac, le romancier déjà célèbre et qui ambitionnait de prendre rang parmi ceux que Victor Hugo appelait « les maréchaux des lettres ».

Alfred Fray-Fournier, Balzac à Limoges, p. 6.

Il est vraisemblable que ce fut au cours de l’une de ses visites à la famille Nivet que l’occasion lui fut offerte d’explorer la région située à l’est de notre département, entre Saint-Léonard et la limite de la Creuse. Dans la description qu’il en a donnée en un livre dont il va être parlé, il en a exprimé exactement le caractère général et les traits particuliers. On sent que tous les aspects de cette contrée se sont fixés dans son imagination. On ne dépeint pas ainsi les sites pittoresques, les beautés et les ressources naturelles d’un pays, et jusqu’aux mœurs de ses habitants sans les avoir eus sous les yeux, sans les avoir étudiés de près.

Alfred Fray-Fournier, Balzac à Limoges, p. 10.

Localisation

Également dans Le Curé de village