L’Aiguille creuse Tous trois...

Maurice Leblanc, L’Aiguille creuse, La Bibliothèque électronique du Québec, p. 216-217.

Tous trois, les uns derrière les autres, ils montaient et descendaient les pentes raides du pays, et ils arrivèrent à Crozant. Là, le père Charel fit une halte d’une heure. Puis il descendit vers la rivière et traversa le pont. Mais il se passa alors un fait qui surprit Beautrelet. L’individu ne franchit pas la rivière. Il regarda le bonhomme s’éloigner et quand il l’eut perdu de vue il s’engagea dans un sentier qui le conduisit en pleins champs. Que faire ? Beautrelet hésita quelques secondes, puis, brusquement, se décida. Il se mit à la poursuite de l’individu.

« Il aura constaté, pensa-t-il, que le père Charel a passé tout droit. Il est tranquille, et il s’en va. Où ? Au château ? »

Il touchait au but. Il le sentait à une sorte d’allégresse douloureuse qui le soulevait.

L’homme pénétra dans un bois obscur qui dominait la rivière, puis apparut de nouveau en pleine clarté, à l’horizon du sentier. Quand Beautrelet, à son tour, sortit du bois, il fut très surpris de ne plus apercevoir l’individu. Il le cherchait des yeux, quand soudain il étouffa une cri et, d’un bond en arrière, regagna la ligne des arbres qu’il venait de quitter. À sa droite, il avait vu un rempart de hautes murailles, que flanquaient, à distances égales, des contreforts massifs.

C’était là ! C’était là ! Ces murs emprisonnaient son père ! Il avait trouvé le lieu secret où Lupin gardait ses victimes !

Il n’osa plus s’écarter de l’abri que lui offraient les feuillages épais du bois. Lentement, presque à plat ventre, il appuya vers la droite, et parvint ainsi au sommet d’un monticule qui atteignait le faîte des arbres voisins. Les murailles étaient plus élevées encore. Cependant il discerna le toit du château qu’elles ceignaient, un vieux toit Louis XIII que surmontaient des clochetons très fins disposés en corbeille autour d’une flèche plus aiguë et plus haute.

Pour ce jour-là, Beautrelet n’en fit pas davantage. Il avait besoin de réfléchir et de préparer son plan d’attaque sans rien laisser au hasard. Maître de Lupin, c’était à lui maintenant de choisir l’heure et le mode du combat. Il s’en alla.

Près du pont, il croisa deux paysannes qui portaient des seaux remplis de lait. Il leur demanda :
– Comment s’appelle le château qui est là-bas, derrière les arbres ?
– Ça, monsieur, c’est le château de l’Aiguille. Il avait jeté sa question sans y attacher d’importance. La réponse le bouleversa.
– Le château de l’Aiguille... Ah !... Mais où sommes-nous, ici ? Dans le département de l’Indre ?
– Ma foi, non, l’Indre, c’est de l’autre côté de la rivière... Par ici, c’est la Creuse.

Isidore eut un éblouissement. Le château de l’Aiguille ! le département de la Creuse ! L’Aiguille, Creuse ! La clef même du document ! La victoire assurée, définitive, totale...

Maurice Leblanc, L’Aiguille creuse (Tous trois...)

L’œuvre et le territoire

Ici, Isidore Beautrelet , après avoir suivi le père Charel, découvre ce qu’il pense bien être et le lieu où son père est retenu captif et la solution à l’énigme posée par Arsène Lupin...

La description de Crozant est réduite à sa plus simple expression, avec une unique notation de relief [...] Ce sera tout. On relève une absence de taille, surprenante dans cette topographie romanesque : celle des ruines du château de Crozant qui, dans l’esprit de L’Aiguille creuse, auraient dû constituer un topos lupinien idéal... On ne trouve pas plus trace de l’hôtel Lépinat, havre des peintres à Crozant : dans L’Aiguille creuse, Beautrelet déjeune dans une auberge de Fresselines. Il arrive enfin au « château de l’Aiguille » : on note ici la paronymie entre l’aiguille de la fiction et le Puyguillon de la réalité, où vécut un temps Rollinat, et où se trouve aussi un château.

Christian Dussot

Il est à noter que cette première incursion en Creuse se fait pour Isidore Beautrelet sous les atours de l’ouvrier ; le lendemain, pour se rendre chez le notaire d’Éguzon, il revêt sa parure de peintre anglais qu’il avait endossée à son départ de Paris pour l’Indre...

Il entra chez un de ses camarades de lycée et en sortit, une heure après, méconnaissable. C’était un anglais d’une trentaine d’années, habillé d’un complet marron à grands carreaux, culotte courte, bas de laine, casquette de voyage, la figure colorée et un petit collier de barbe rousse.
Il enfourcha une bicyclette à laquelle était accroché tout un attirail de peintre et fila vers la gare d’Austerlitz.

Maurice Leblanc, L’Aiguille creuse, La Bibliothèque électronique du Québec, p. 203-204.

À propos de L’Aiguille creuse

Publiée en feuilleton dans Je sais tout du 15 novembre 1908 au 15 mai 1909, puis en un recueil dès 1909, L’Aiguille creuse constitue l’un des volumes majeurs de la série des « Arsène Lupin ». Mélange des genres parfaitement maîtrisé, L’Aiguille creuse mêle mélodrame, roman d’aventure, roman historique, roman populaire... et donne à voir un Arsène Lupin bien loin du gentleman-cambrioleur, mais plutôt la pire des crapules, se livrant, à la tête d’une bande bien organisée, au trafic d’art, au vol de deux cadavres, à de multiples enlèvements, à des « empoisonnements »...

L’Aiguille creuse voit « s’affronter », entre Normandie, Creuse et Paris, Arsène Lupin, donc, et Isidore Beautrelet, élève de rhétorique au lycée Janson-de-Sailly. Si Arsène Lupin avait pu jusque là se jouer aisément de tous ses adversaires, allant même jusqu’à ridiculiser le fameux Herlock Sholmès, copie transparente de Sherlock Holmes, héros né sous la plume de Conan Doyle, il ne peut que difficilement se jouer de son jeune opposant, allant même jusqu’à user de menaces, enlevant son père...

Il s’agit d’un fait, d’un fait certain, indiscutable. Celui-ci : depuis dix ans, je ne me suis pas encore heurté à un adversaire de votre force ; avec Ganimard, avec Herlock Sholmès, j’ai joué comme avec des enfants. Avec vous, je suis obligé de me défendre, je dirai plus, de reculer. Oui, à l’heure présente, vous et moi, nous savons très bien que je dois me considérer comme le vaincu. Isidore Beautrelet l’emporte sur Arsène Lupin. Mes plans sont bouleversés. Ce que j’ai tâché de laisser dans l’ombre, vous l’avez mis en pleine lumière. Vous me gênez, vous me barrez le chemin. Eh bien ! j’en ai assez...

Maurice Leblanc, L’Aiguille creuse, La Bibliothèque électronique du Québec, p. 160.

C’est cet enlèvement et par conséquent la recherche de son père qui conduit le jeune Isidore Beautrelet dans le Bas-Berry et la Creuse.

Crozant et Fresselines apparaissent dans les chapitres V et VI de L’Aiguille creuse, exactement au centre du roman. Le lycéen-détective Isidore Beautrelet, à la recherche de son père enlevé par Lupin, a quitté Paris pour l’Indre, passe par Châteauroux, La Châtre et Argenton, et, au bout de sa quête, atteint la Creuse. Son déguisement en peintre anglais, probablement un bon moyen de passer inaperçu dans la région, est révélateur de la notoriété de celle-ci comme site « pleinairiste » à l’époque. Ce personnage de peintre anglais n’est pas sans faire penser à Wynford Dewhurst qui a peint aussi bien en Normandie vers Dieppe qu’à Crozant de 1895 à 1910.

Christian Dussot

Localisation

Également dans L’Aiguille creuse