Toits oranges

Huile sur toile, 32 × 36 cm.
Collection : musée des Beaux-Arts de Limoges (inv. P.405).

Charles Bichet, Toits orange
Photo
© Musée des Beaux-Arts de Limoges – Palais de l’Évêché

L’œuvre et le territoire

L’atelier de Bichet n’était ouvert qu’à quelques amis et à ses élèves. La pièce était carrée et spacieuse, éclairée du côté ouest, par deux grandes baies vitrées donnant sur le jardin dominant la voie du chemin de fer Limoges-Angoulême. Par-delà, à gauche était la « Taupinière » pittoresque hôtel particulier émergeant d’un bouquet d’arbres, et près d’un petit pont jeté sur la vallée de la voie ferrée qui faisait de ce coin, un beau motif à peindre. Aussi, Bichet, à travers les vitres, le peignit-il en toute saison. Il en fixait les multiples effets et le traduisait par des moyens différents. À droite, parmi les jardins, mais plus éloignés, on apercevait les bâtiments de l’usine Bernardaud aux toits rouges patinés de fumée.

(Marcel Merguiller, 1948)

Localisation