https://youtu.be/2-RTTq8NQaw?t=19m48s
Le Marché de Limoges, VIIe mouvement des Tableaux d’une exposition de Modeste Moussorgski, interprété par Evgeny Kissin aux Chorégies d’Orange en 2002.
© Droits réservés

L’œuvre et le territoire

S’il semble qu’ils ne se soient rencontrés qu’en 1870, Modeste Moussorgski est très affecté par le décès de Viktor Hartmann en 1873. Une exposition est alors organisée à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg, en février et mars 1874, pour présenter le travail de cet artiste et architecte. Marqué par sa visite, Modeste Moussorgski écrit alors en l’espace de quelques semaines seulement un cycle de dix pièces pour piano, chacune s’attachant à faire entendre les émotions du compositeur face à autant de dessins et peintures de Viktor Hartmann.
Les Tableaux d’une exposition ont fait l’objet de multiples interprétations et orchestrations ; la plus célèbre est sans conteste celle que Maurice Ravel propose en 1922, la plus surprenante étant sans doute celle du groupe de rock progressif britannique Emerson, Lake and Palmer en 1971 (en live sur Youtube, par exemple).

La septième pièce des Tableaux d’une exposition s’intitule Le Marché de Limoges, faisant référence à une esquisse que Viktor Hartmann a réalisée lors de son passage à Limoges au cours de son voyage en Europe (1864-1868).

Julian Yu, auteur d’une orchestration des Tableaux d’une exposition en 2001, présente cette pièce ainsi :

Le Marché de Limoges décrit une discussion animée entre des femmes sur la place du marché à Limoges. Des changements rapides de timbres et une fragmentation de la mélodie créent cette sensation de brouhaha et d’affairement propre à l’atmosphère des marchés.

Localisation