Mais les deux fonctionnaires restèrent inflexibles : évitant le quartier des bouchers où l’on commençait déjà à préparer les charrettes à destination des différents marché de la région, ils traînèrent le bruyant avocat jusqu’à l’angle de la rue Peytiniaud-Beaupeyrat.
Là, se dressait un alignement d’hôtels particuliers édifiés par la puissante compagnie Immobilière du Pialaud : ensemble de luxueuses façades presque neuves mais déjà noircies par la fumée des faubourgs. A une centaine de mètres de l’entrée de la rue, une grande bâtisse de style néo-Renaissance dominait les alentours de sa masse sévère. Le petit groupe s’arrêta devant une double porte de bois sculpté. Une plaque de cuivre portait l’inscription suivante :
Maître Aristide Rémérac, ancien Bâtonnier ;
Chevalier de la Légion d’honneur,
Licencié en droit, successeur de son père et de son grand-père.
&
Maître Léon Rémérac, son fils, Licencié en droit.
Avocats devant la cour d’appel de Limoges.

Nicolas Bouchard, La Ville noire (Mais les deux fonctionnaires...)
© Culture & Patrimoine en Limousin