Le tramway électrique de la compagnie de Grammont s’arrêta dans un concert de grincements à l’angle de l’avenue de la Gare et du cours Jourdan. Augustine serra son sac sur sa poitrine et descendit avec précaution de l’engin. La gorge serrée et la respiration courte, elle traversa la rue vers le monument dédié aux morts de la guerre contre les Prussiens, inauguré quelques mois plus tôt par le ministre Millerand.

Nicolas Bouchard, La Ville noire (Le tramway électrique...)
© Culture & Patrimoine en Limousin