– Sur le drapeau français, y a que le bleu qui se boit pas.

Jojo venait de payer sa troisième tournée de blancs secs à sa bande de potes. Jojo rencontrait toujours ses potes au Balto, un PMU situé juste en face du rond-point où on avait placé la sculpture de la collégiale. Ce qui faisait dire aux habitués que se vandaliser le palais n’empêchait pas d’apprécier les œuvres d’art. Le pauvre Jojo n’avait pas pu supporter les infidélités de sa femme. Depuis le jour où il l’avait retrouvée la jupe retroussée et la culotte pendouillant à une cheville en train de se faire prendre sur la table de la cuisine par le voisin d’en face, il avait fait nuit noire dans sa vie. Comme un chien pris en faute, il avait alors redouté d’entrer à l’improviste dans leur appartement. Et puis, redouté tout court. Le Balto était devenu sa seconde maison. Peuplée de cocus qui, à force de lever le coude, ne savaient plus faire la différence entre la cause et la conséquence. Je bois parce que je suis cocu. Je suis cocu parce que je bois. Tout s’était à force brouillé dans leur tête et le comptoir du Balto avait pris des contours beaucoup plus intéressants que l’arrière-train de leurs épouses.

Laurence Jardy, La Femme aux manières de chat (– Sur le drapeau français...)
© La Geste