– Meurtre, mademoiselle, il s’agit désormais d’un meurtre et non plus seulement d’une disparition. De même, la thèse du suicide est définitivement écartée. Virginie a été égorgée avec une rage primitive, avant d’être jetée dans la Vienne, comme un paquet de linge sale. Le faible reflux du courant a ramené sa dépouille sur les bords de la rivière. Ce qui rappelle une affaire précédente, il y a un mois et demi environ : Annelle Firmin, vous connaissiez ?
Je tressaillis intérieurement quand je l’entendis prononcer ce nom.
– Non plus, parvins-je à articuler.
– Une jeune femme promise à un brillant avenir social, tuée pour d’obscures raisons et avec un acharnement rare. Contrairement à Virginie, elle n’a pas été noyée, mais simplement déposée sur la berge, comme l’héroïne d’un tableau d’artiste peintre dérangé.

Aude Courty, Mourir dans le corps du loup (— Meurtre, mademoiselle)
© Les Ardents éditeurs