Dès le matin, à neuf heures, la petite place située en face de l’hôtel Lépinat offrait un coup d’œil des plus animés. Bien que la messe ne commençât qu’à dix heures et demie, tous, hommes et femmes, étaient déjà réunis, venus pour la plupart des hameaux environnants. [...] Les hommes, coiffés de feutres noirs à larges bords, portaient sur leurs vestes de belles blouses bleues toutes neuves ; les femmes étaient vêtues uniformément de capes noires qui les enveloppaient de la tête aux pieds ; tous, hommes et femmes, avaient des sabots neufs, ce qui explique que j’ai eue tant de peine à m’en procurer trois jours auparavant.
[...]

À dix heures et demie, le dernier coup de la cloche appelle les fidèles à l’office et tout le monde se dirige vers l’église.
L’église de Crozant, du XIVe ou du XVe siècle, se compose d’une nef sans piliers, sans ornements. Le chœur seul, avec son autel très élevé, rappel une architecture quelconque.
[...]

Il était midi moins vingt minutes lorsque M. le curé descendit de chaire. Le père Brigand fit le tour de l’église, portant d’une main une aumônière en fer-blanc qu’il secouait bruyamment, et de l’autre la sonnette qu’il agitait à certains moments pour indiquer aux fidèles les différentes parties de l’office. À midi la messe était terminée, la bénédiction du Saint-Sacrement donnée, et le père Brigand n’avait pas fini sa petite tournée, qu’il agrémentait, du reste, de propos divers appropriés aux personnes auxquelles il s’adressait. La sortie offrit un curieux coup d’œil.
Les hommes passèrent par le chœur, seules les femmes sortirent par une porte latérale donnant du côté de la place. La porte étroite se détachait en noir sur la large façade blanche éclairée par le soleil, et ces capuches sortant, rentrant, parfois s’arrêtant sur le palier, rappelaient, d’une façon saisissante, des abeilles sur le pas de leur ruche, se bousculant pour entrer ou sortir.
Madame Lépinat nous avait demandé de lui céder pour la journée notre grande salle, et le déjeuner fut servi au premier étage. L’après-midi, en effet, tout le bas de l’hôtel fut envahi par les gens des hameaux voisins, désireux de goûter l’excellent vin blanc de M. Lépinat et de casser une croûte avant de regagner leur demeure.
À trois heures, aux tintements de la cloche sonnant le glas des morts, la procession se mit en marche vers le cimetière. Les femmes marchaient les premières, drapées dans leur manteau et la tête recouverte de la capuche ; puis venaient M. le curé et le père Brigand. Les hommes terminaient le cortège.
Ce recueillement, ces hommes et ces femmes en deuil se dirigeant en silence vers le cimetière, avaient un aspect saisissant de beauté religieuse.
La station au cimetière dura une heure, et, à sept heures, tous les habitants des hameaux étaient repartis.

Albert Geoffroy, Huit jours à Crozant (Dès le matin...)