Nous habitons faubourg Montjovis. Au 518, c’est dire si ce faubourg est long ; on n’en voit pas le bout.
Entre le stade Beaublanc et la caserne Beaupuis.

En bas de l’immeuble il y a le coiffeur pour hommes et un horloger qui vend des réveils JAZ.
Il les répare aussi.

Derrière l’immeuble il y a un jardin où chaque locataire a son petit carré de potager.
Mon père, qui n’aime pas les légumes pour en avoir beaucoup trop mangé pendant la guerre,a remplacé son lopin de terre par un hangar en planches et en tôles où il bricole des vélos.

Daniel Soulier, Paris-Austerlitz : 1 km 800 (Nous habitons faubourg Montjovis...)
© Le Bruit des autres