Ce qui compte, c’est de s’ouvrir sur l’Auvergne et le Limousin. Nous désenclaver. Nous avons déjà la route impériale 140 qui passe à Bourganeuf. Si nous avions pu avoir le fer, cela aurait été formidable. Vous avez vu la nouvelle gare de Guéret, avait questionné François. Je la trouve bien loin de la place Bonyaud. Remarquez, poursuivit Louis, il y a un beau chantier en Creuse : le viaduc de Busseau ! Le tablier sort des ateliers de chez Cail. Deux cent mille rivets. Les piles sont en fonte. Une vraie merveille à ce qu’il paraît. Pourquoi vous ne chercheriez pas de l’embauche sur ce viaduc ? avait demandé Marie. Louis eu un geste vague. Les équipes sont au complet. Une centaine de creusois y travaillent mais surtout le fer et la fonte. Il n’y a guère besoin de maçons que pour les culées et les dés. L’essentiel est un travail de charpentiers.

Jean-Guy Soumy, Les Fruits de la ville (Ce qui compte...)
© Robert Laffont