La construction d’une école normale à Guéret, magnifique bâtiment aux proportions majestueuses et doté d’un clocheton qui donnait l’heure à toute la ville, permettait la formation progressive d’un corps d’instituteurs. À Pontarion, les élus n’avaient guère encouragé l’effort de scolarisation. Les enfants des familles nanties étaient mis en pension à Guéret. Les gros propriétaires avoisinant le bourg ne voyaient guère l’intérêt de faire instruire leurs enfants alors qu’il y avait tant de travail à la ferme. C’est ainsi que le maire, tenu malgré tout d’ouvrir une école, avait loué une masure lui appartenant à un pauvre bougre qui faisait office de maître d’école et qui bien évidemment ne sortait pas de l’école normale.

Jean-Guy Soumy, Les Moissons délaissées (La construction...)
© Robert Laffont