Des anciens chemins périlleux par où l’on arrivait à Châteaubrun, nous ne retrouvâmes plus que l’emplacement. On y descend doucement par le plateau, et la nouvelle route qui côtoie tranquillement le précipice a ôté beaucoup de caractère à cette scène autrefois si sauvage.

La ruine est toujours grandiose. Le marquis de notre village l’a achetée, avec son vaste enclos, pour deux mille cinq cents francs. Il la tient fermée, et il avait bien voulu nous en confier les clefs.

Nous vîmes que ce noble lieu était moins fréquenté qu’autrefois. L’herbe haute et fleurie du préau était vierge de pas humains. Toutes choses, d’ailleurs, exactement dans le même état qu’il y a douze ans : la grande voûte d’entrée avec sa double herse, la vaste salle des gardes avec sa monumentale cheminée, le donjon formidable de cent vingt pieds de haut d’où l’on domine un des plus beaux sites de France, les geôles obscures, et cet étrange débris de la portion la plus belle et la plus moderne du manoir, le logis renaissance que, dans ma jeunesse, j’ai vu intact et merveilleusement frais et fleuri de sculptures, aujourd’hui troué, informe, démantelé et dressant encore dans les airs des âtres à encadrements fleuronnés d’un beau travail.

Le marquis a acheté, dit-il, cette ruine pour la préserver du vandalisme des bandes noires. Il s’y est pris un peu tard.

Telle qu’elle est, c’est un romantique débris où, au clair de la lune, on voudrait entendre l’admirable symphonie de la Nonne sanglante de Gounod, ou mieux encore la Chasse infernale de Weber.

En plein midi, cette solitude avait encore quelque chose de solennel.

George Sand, Promenades autout d’un village (Châteaubrun)