C’est ainsi qu’après une heure de vagabondage sur les petites routes qui sillonnaient les monts d’Ambazac, il échoua à Sauvagnac. Il se gara au cœur du village, près de la très romane chapelle de Notre-Dame soutenue par de lourds piliers.
Dumontel, après avoir respiré l’air plus vif qui régnait à cette respectable altitude, laissa à sa droite la tourbière des Dauges et s’engagea sur le sentier qui menait à la station hertzienne, point culminant des monts. Il atteignit le sommet, là où un amoncellement anarchique de blocs de granit dominait un horizon sans fin. Il s’assit sur la Pierre branlante et écouta le silence. La vue était totalement dégagée. Pas un rideau de brume pour camoufler un étang au creux d’un vallon, des hameaux qui pointaient leurs toits de tuiles rouge-brun.
Au sud-ouest, Ambazac et plus loin, Limoges ; à l’est, certains affirmaient distinguer parfois le puy de Sancy dans le mauve du lointain.

Franck Linol, Rendez-vous avec le tueur (C’est ainsi...)
© La Geste