Aujourd’hui, le matin promet une journée sans nuage, d’été limousin ; la brise haute touche à peine les cimes des arbres ; le mordant soleil rougit l’épaule sous la mousseline, le bras nu et le pied dans la sandale. Il fait beau et j’ai la main de Bel-Gazou dans ma main. Bel-Gazou, fruit de la terre limousine ! Quatre étés, trois hivers l’ont peinte aux couleurs de ce pays. Elle est sombre et vernissée comme une pomme d’octobre, comme une jarre de terre cuite, coiffée d’une courte et raide chevelure en soie de maïs, et dans ses yeux, ni verts, ni gris, ni marron joue, marron, vert, gris, le reflet de la châtaigne, du tronc argenté, de la source ombragée... Je regarde, dans ma main pâle qui vient de Paris, la couleur vigoureuse de sa main d’enfant. Elle a une main de laboureur, et je caresse avec considération, dans la paume, les petits cals qu’elle doit à la pelle, au râteau, aux mancherons de la brouette. La belle main ! Sèche, un peu craquelée dessus par l’eau froide et le hâle, elle sied à cette petite fille autoritaire qui connaît son domaine et foule sa terre comme une princesse aux pieds nus.

Colette, Les Heures longues (Aujourd’hui le matin promet...)
© Librairie Arthème Fayard 1917