Soleil sur la Petite Creuse

Huile sur toile, 73 × 92 cm.
Collection particulière.

Claude Monet, Soleil sur la Petite Creuse
Photo : Kent Baldner ; source : Flickr
CC by-nc-sa

L’œuvre et le territoire

Cet arbre, situé sur quelque plage qui jalonne la Petite Creuse, inspira une série à Claude Monet. Il semble que l’artiste ait élu ce motif dès son arrivée en mars 1889 et y travailla jusqu’à son départ au mois de mai. Le travail entrepris sur ce motif demanda beaucoup de patience à Monet. Ayant commencé ses toiles à l’hiver, l’arbre était encore dépourvu de tout feuillage mais le printemps arrivant, la nature reprit ses droits et l’arbre son feuillage. Commençant à perdre patience, Monet dut trouver une solution pour pouvoir achever ses toiles. La correspondance adressée les 8 puis 9 mai à sa compagne, Alice Hoschedé, nous apprend que l’artiste paya une petite somme au propriétaire de l’arbre afin de le faire défeuiller.

Je vais tenter d’offrir au propriétaire de mon vieux chêne de payer cinquante francs pour faire enlever toutes les feuilles dudit arbre, sans quoi je ne puis peindre et j’ai cinq toiles où il est, dont trois où il joue tout le rôle [...] Enfin là est le salut de ces toiles.

Je suis dans la joie, la permission inespérée d’ôter les feuilles de mon chêne m’a été gracieusement donnée ! C’était une grosse affaire d’amener des échelles assez grandes dans ce ravin. Enfin, c’est fait, deux hommes depuis hier y sont occupés. N’est-ce pas un comble de finir un paysage d’hiver à cette époque ?

Localisation