Tour de France des villes incomprises S’il est une ville...

Vincent Noyoux, Tour de France des villes incomprises, Éditions du Trésor, 2016, p. 41-43.

© Éditions du Trésor

S’il est une ville dont tout le monde se fiche, c’est bien Guéret. La préfecture de la Creuse règne sur un département rural déserté (le moins peuplé de France après la Lozère) qui n’évoque à peu près rien au reste du monde. Déjà, ce nom, la Creuse : impression d’un pays concave, qui s’enfonce, qui s’embourbe, qui s’enterre. Rien ne nous y attire et d’ailleurs, on ne sait pas où ça se trouve – les choses sont bien faites.

[...]

Quelques happy few savent bien que cette terre de vallons et de forêts recèle l’une des plus belles campagnes de France, mais jaloux de leur trésor, ils se gardent bien de le crier sur les toits. Reste Guéret. Et cette fois, l’épais silence qui l’entoure ne protège aucun secret. Guéret, rien à dire, rien à faire, rien à voir.

[...]

Les environs de Guéret semblent plus intéressants que le centre-ville, et les environs des environs plus intéressants encore, de sorte que par un effet centrifuge, Guéret apparaît comme le vilain centre d’une jolie spirale. Une triste bourgade enchâssée dans un paradis d’eau et de verdure. Un œil crevé sur le plus ravissant des visages.

Vincent Noyoux, Tour de France des villes incomprises (S’il est une ville...)
© Éditions du Trésor

L’œuvre et le territoire

Comme il le fait avec l’ensemble des autres destinations qui sont traitées dans son ouvrage, Vincent Noyoux commence la description de son séjour guérétois sur un ton très caustique, reprenant quelques poncifs parmi les moins positifs fréquemment assignés au département de la Creuse et à sa préfecture (isolement, ennui, laideur).

Et déjà, surtout, dès le départ, un nom peu favorable... dénomination qui lui fait dire : Déjà, ce nom, la Creuse : impression d’un pays concave, qui s’enfonce, qui s’embourbe, qui s’enterre. Qui peut rappeler le mot cruel de Josiane Balsako quant à la voisine La Souterraine :

... un trou en surface, dans la Creuse...

Josiane Balasko, dans le film qu’elle a réalisé en 1984, Sac de nœuds ; cité dans Yannick Beaubatie, « Bourgs, hameaux, lieux-dits et cités... » dans _Comment peut-on être limousin ?_, Fanlac, 1999, p. 59.

À propos de Tour de France des villes incomprises

Avec son Tour de France des villes incomprises, Vincent Noyoux part à la découverte de douze villes françaises (Cergy, Châtel-Guyon, Cholet, Draguignan, Guéret, Maubeuge, Mulhouse, Saint-Nazaire, la vallée de la Fensch, Verdun, Vesoul et Vierzon), présentées comme « incomprises » en raison d’une réputation négative que l’auteur entend éprouver. L’objectif est d’expérimenter de façon sensible ces destinations inattendues, notamment par des rencontres avec des habitants, afin de les comprendre et, si possible, les réhabiliter.

Lors de son escapade en Creuse, Vincent Noyoux visite Guéret ; il en rencontre des habitants, dont Baptiste Ridoux en charge de la Quincaillerie numérique ou Hugues Bachelot qui lui parle de la « gloire locale » controversée, Marcel Jouhandeau. Il se rend également dans la vallée des Peintres, près de Crozant.

Localisation

Également dans Tour de France des villes incomprises