Robert Doisneau

À propos

Robert Doisneau est né en 1912 à Gentilly, en banlieue parisienne, au sein d’une famille bourgeoise. De 1925 à 1929, il étudie à l’École Estienne où il obtient son diplôme de graveur lithographe. Il entre alors dans la vie active à l’Atelier Ullmann où il s’initie empiriquement à la photographie avant de devenir, en 1931, l’opérateur d’André Vigneau. L’année suivante, Robert Doisneau vend son premier reportage photographique avant d’être recruté, en 1934, par Renault comme photographe industriel.

C’est à l’issue de la Seconde Guerre mondiale que Robert Doisneau se fait photographe indépendant et intègre, dès 1946, l’agence Rapho. Il réalise alors de très nombreux reportages, multipliant les sujets, que ce soit en France ou à l’étranger, publiés dans des magazines tels Life ou Paris Match. Au-delà des commandes, il accumule les images qui feront son succès, circulant obstinément « là où il n’y a rien à voir », privilégiant les moments furtifs, les bonheurs minuscules éclairés par les rayons du soleil sur le bitume des villes.

Récompensé à de très nombreuses reprises (prix Kodak en 1947, prix Niépce en 1956, invité des Rencontres d’Arles en 1975, Grand Prix national de la photographie en 1983...), Robert Doisneau est sans doute l’un des « photographes humanistes » les plus connus (Henri Cartier-Bresson, Willy Ronis, Izis...).
À sa mort, en avril 1994, il laisse derrière lui quelques 450 000 négatifs.

Œuvres liées