Raphaël Gaspéri

Léon Galand, Portrait de Raphaël Gaspéri
Collection Ville de Brive-Musée Labenche (inv. 50.185.158).
Photo : S. Marchou
© Ville de Brive-Brivemag

À propos

Archange Raphaël Gaspéri naît en 1866 à Prayssac, dans le Lot, d’un père toscan, formé aux beaux-arts de Florence. Son père, adorateur du grand peintre Raphaël, choisit de transmettre ce nom à son fils. Le jeune Raphaël apprend très tôt le dessin auprès de son père et excelle assez vite dans la pratique du fusain. Mais il désire maîtriser la couleur et, dans ce but, part pour Paris étudier les chefs d’œuvre du musée du Louvre.
Une fois sûr de lui et de sa pratique, vers 1900, Raphaël Gaspéri entreprend d’exposer dans les salons parisiens, d’abord à la Société des artistes français, puis à la Société nationale des beaux-arts. En 1901, il fait la rencontre d’Auguste Rodin avec qui il se lie immédiatement d’amitié. Le sculpteur décide de placer son nouvel ami entre les mains de Carolus-Duran, afin de parfaire son enseignement artistique. Dès lors, Gaspéri se montre plus régulièrement présent au Salon et connaît peu à peu une certaine reconnaissance.

Mais Raphaël Gaspéri est davantage qu’un artiste, c’est un véritable ambassadeur de sa région. Usant de ses talents d’orateur, il organise des conférences notamment en Dordogne et en Corrèze afin d’initier le plus grand nombre aux beautés de ces pays. Installé à Brive dès les années 1880, il y prend le poste de professeur de dessin au petit séminaire à partir de 1888. Puis les fonctions locales se cumulent : Gaspéri est présent dans les principales institutions culturelles de sa région, s’investissant tout d’abord dans la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, avant d’accepter de plus amples fonctions telles celles de conservateur du musée de Brive puis de conservateur des antiquités et objets d’art de la Corrèze.

Dans les années 1920, Raphaël Gaspéri est charmé par le village de Collonges. Il décide d’y acheter une maison secondaire et consacre une large part de son temps à y peindre les plus beaux édifices de ce village en briques rouges. En 1927, il entreprend de protéger et promouvoir le site en fondant la Société des Amis de Collonges, en faisant visiter le village aux touristes et en lui consacrant sa plume à travers de nombreux articles et illustrations, et ce, jusqu’à la fin de sa vie en 1935.

Œuvres liées

Documents associés

  • Raphaël Gaspéri, La nuit qui vient, étang de Granges
    Collection : Ville de Brive-Musée Labenche (inv. 50.185.155).
    Photo : S. Marchou
    © Ville de Brive-Brivemag