R5 autour d’un maquis

Paton et Georges Lannes, R5 autour d’un maquis, 1945.
Restauré par les Archives françaises du film du CNC – Ministère de la Culture.

Ciné-Archives, fonds audiovisuel du PCF - Mouvement ouvrier et démocratique
https://vimeo.com/115127631
Ciné-Archives, fonds audiovisuel du PCF - Mouvement ouvrier et démocratique

L’œuvre et le territoire

Dans cette scène, Paton et Georges Lannes recréent le vol de dynamite à la mine de minerai de tungstène de Puy-les-Vignes par les FTP (Francs-tireurs et partisans) de Georges Guingouin, le 13 mars 1944, alors qu’une garnison allemande de la Wehrmacht y était alors présente.
Pour s’y rendre et surtout pour transporter ces explosifs, les résistants se sont au préalable saisis du camion de Martial Gavinet, l’un des deux bouchers de Sussac (le second boucher étant son frère). Celui-là, sympathisant de la Résistance, aurait « oublié » les clefs sur le contact.

R5 autour d’un maquis

À la libération de Limoges, deux amis se retrouvent ; l’un deux explique les raisons de son absence et son engagement dans la Résistance. Le film retrace alors le parcours et les actions de la Résistance limousine (impression clandestine, dissimulation et transport d’armes, vol d’explosif, dynamitage de voies ferrées, réception de parachutages...) en insistant sur son organisation et son efficacité, ainsi que sur la contribution de l’ensemble de la population et plus particulièrement de ses « représentants » (gendarmes, facteurs...). Les réalisateurs montrent également l’attrait qu’elle exerce sur de nombreux jeunes hommes qui la rejoignent.
Le film ne fait pas l’impasse sur les blessures et pertes humaines parmi les Résistants et évoque brièvement le drame d’Oradour-sur-Glane.

Le générique du film (présenté par « la Commission militaire du Conseil national de la Résistance ») précise qu’il a été réalisé « d’après des évènements authentiques avec le concours de combattants F.F.I. du maquis limousin dont l’action dans cette seule région de Limoges (dénommée R.5 dans la clandestinité) coûta à l’ennemi 10000 morts et 23000 prisonniers et retarda de plusieurs jours les divisions blindées des S.S en marche vers la Normandie. »

Localisation