Promenades autour d’un village

George Sand, Promenades autour d’un village, Bibliothèque électronique du Québec.

3 œuvres

L’œuvre et le territoire

Promenades autour d’un village, publié pour la première fois en 1866 chez Michel-Lévy frères, correspond en fait à une anthologie, dont la partie la plus importante correspond au Courrier de village (1857), et pour laquelle George Sand a inséré d’autres textes antérieurs consacrés au Berry et à la Creuse.

Le Courrier de village constitue le récit des déambulations de George Sand dans les environs de Gargilesse qu’elle fait découvrir à deux amis, l’artiste Alexandre Manceau (graveur et auteur) surnommé Amyntas (car à la recherche d’une lycaenide amyntas, un « petit papillon bleu fort commun ») et le naturaliste Louis Marie Alphonse Depuiset qui, s’intéressant lui aux « coques de certaines chrysalides », se fait appeler Chrysalidor.

George Sand, au cours de ce séjour, espère pouvoir s’installer à Gargilesse et y acheter une « maison renaissance » dont elle s’est éprise mais que les « deux vieilles sœurs [qui] l’habitent, deux paysannes très pauvres » refuseront de lui vendre. Cependant, Manceau, son amant, achète la maisonnette où ils sont logés :

J’avais grande envie aussi de cette chaumière, bien qu’elle ne réalise pas mon ambition pittoresque. Vingt autres sont plus jolies ; mais c’est la seule en vente, et j’allais m’en emparer... Mais notre ami réclame la priorité de l’idée. Il nous demande de lui laisser arranger cette chaumière à son gré et de devenir ses hôtes dans nos excursions sur la Creuse. Nous retirons nos prétentions.

Il échange quelques paroles avec madame Rosalie. Le voilà propriétaire d’une maison bâtie à pierres sèches, couverte en tuiles, et ornée d’un perron à sept marches brutes ; d’une cour de quatre mètres carrés ; d’un bout de ruisseau avec droit d’y bâtir sur une arche, plus, d’un talus de rocher ayant pour limite un buis et un cerisier sauvage.

(George Sand, Promenades autour d’un village, Bibliothèque électronique du Québec, p. 110)