À propos

Octave Bariant aurait pu faire une carrière de chanteur lyrique, mais il a préféré rester en Limousin et travailler dans l’entreprise familiale de marbrerie, à proximité du cimetière de Louyat.

Françoise Étay, « Les tubes du Limousin ».

Il n’en demeure pas moins une figure majeure de la chanson limousine au XXe siècle. De 1919 à 1950, il est ainsi chanteur soliste de la chorale des « Enfants de Limoges », et participe en 1933 à la fondation du groupe foklorique de « L’Eglantino do Limouzi ». L’éditeur de musique et disquaire limougeaud Lagueny le présente à la société Columbia, qui lui fait sortir trois 78 tours reprenant six chansons limousines entretenant une confusion entre ceux qui relèvent d’airs traditionnels réarrangés (comme Lou Turlututu ou Lou cuer de mo mio) et les compositions, comme Lo Brianço.

Le répertoire de Bariant mêlera toujours airs traditionnels et compositions — notamment celles des figures du Félibrige comme Jean Rebier —, qu’aujourd’hui on peine parfois à dissocier.

Œuvres liées