Monument funéraire de Pierre-Victor Loth

Monument funéraire de Pierre Loth, vue générale
Photo : Maria-Andreea Grecu
© DRAC Nouvelle-Aquitaine

L’œuvre et le territoire

Les « sociétés compagnonniques » sont des associations ouvertes aux métiers du bois, de la pierre et du feu. Après une période d’apprentissage, le Tour de France du compagnonnage, pendant 7 ans, permet à l’apprenti de se former chez des maîtres du métier qui lui transmettent connaissances et expérience.
Le chef-d’œuvre est imposé à tout apprenti-compagnon pour pouvoir passer « maître » en devenant, une fois le Tour de France achevé, « compagnon-fini ».
Au vu de sa qualité, le monument funéraire de Pierre-Victor Loth a pu être conçu comme un chef-d’œuvre de compagnon tailleur de pierre, bien avant sa mort en 1932.

Le monument se trouve à l’entrée du cimetière, qu’il marque par son imposante présence.
De plan rectangulaire, il se compose de quatre éléments superposés :

  • un soubassement sur deux niveaux ;
  • un bloc en tronc de pyramide décoré d’objets sacrés ou symboliques dans un cartouche. Les faces latérales présentent un décor géométrique et un arbre aux feuilles stylisées ;
  • un ensemble orné de divers motifs végétaux stylisés et géométriques ;
  • un couronnement avec une composition sculpturale centralisée constituée notamment d’une vasque au décor de feuillage stylisé, d’un globe orné de crochets, d’une croix, d’inscriptions et, au sommet, d’une pyramide à base carrée ornée de volutes.

Le tombeau est réalisé dans le granite du pays et on peut y trouver les symboles des Compagnons, des décors animaliers, végétaux, géométriques, la balance, ou le bonnet phrygien.

Localisation