Modeste Moussorgski

Ilya Repin, « Portrait du compositeur Modeste Moussorgski », 1881
Huile sur toile, 69 × 57 cm ; collection : Galerie Tretiakov, Moscou.
Source : Wikimédia

À propos

Modeste Moussorgski naît le 21 mars 1839 à Karevo (au sud de Saint-Pétersbourg, à l’ouest de Moscou) dans une famille de propriétaires terriens. À partir de ses six ans, sa mère lui donne ses premières leçons de piano ; à 9 ans, ses progrès étant rapides, il donne ses premières représentations devant un public familial et de proches.
Modeste Moussorgski est destiné à une carrière militaire ; mais tout au long de sa formation, dont il sort avec le grade de lieutenant en 1856, il conserve un goût certain pour la musique et continue à se perfectionner.
En 1859, il quitte l’armée, avec l’ambition de consacrer sa vie à la musique, mais est amené à occuper par la suite divers postes au sein de l’administration, notamment suite à l’abolition du servage en 1861 qui met à mal la propriété familiale.

En 1863, il s’attaque à l’écriture d’un opéra, Salammbô, d’après Flaubert, sur lequel il cesse de travailler en 1866, le laissant inachevé mais dont des éléments se retrouvent dans l’opéra Boris Godounov qu’il achève en 1869, mais qu’il doit retravailler pour qu’il soit finalement interprété. Il est également l’auteur de Une nuit sur le mont Chauve (1867), des Enfantines (1868-1872) des Tableaux pour une exposition (1874)...

Souffrant de crises d’épilepsie et d’alcoolisme, Modeste Moussorgski a tendance à s’enfoncer dans la solitude. Il meurt le 28 mars 1881 à Saint-Pétersbourg.

Œuvres liées