Matinée ensoleillée d’été sur les rochers et les bruyères de la Sédelle

Huile sur toile, 57 × 73,5 cm.

© Françoise Pailler
Henri Pailler, Matinée ensoleillée d’été
Cliché : Christian Vignaud
© Musées de Poitiers

L’œuvre et le territoire

Les trois paysages creusois conservés à Poitiers, le premier de 1904 et les deux autres de 1910, traduisent les multiples influences de l’artiste. Ses toiles sont brossées de larges touches de couleur, illustrant les tonalités creusoises. La gamme dominante est celle du rose et de ses nuances, évoquant les landes de bruyères qui recouvrent le sol. Les toiles d’Henri Pailler sont visiblement influencées par l’art d’Armand Guillaumin mais on y trouve une réminiscence de tonalités fauves dont l’artiste ne peut se détacher. Ces couleurs sont des plus marquantes dans Matinée ensoleillée d’été sur les rochers et les bruyères de la Sédelle, qui reflète bien les nombreuses heures passées aux Beaux-Arts, aux côtés de Dufy, Friesz, et Marquet.

Localisation