Marcelle Delpastre

Marcelle Delpastre
© Droits réservés

À propos

Née le 2 septembre 1925 à Germont, sur la commune de Chamberet, en Corrèze, Marcelle Delpastre y est morte le 6 février 1998. Atteinte de la maladie de Charcot, elle laisse une œuvre imposante et variée dont la part essentielle est d’ordre poétique, ordre qu’elle a conjugué avec bonheur dans tous les modes possibles, de la ballade au psaume, du poème dramatique à la prose poétique, et dans ses deux langues, occitane et française. En tout, ce sont dix-huit volumes qui ont été publiés par Jan Dau Melhau, son légataire personnel qui a continué et terminé d’éditer l’œuvre intégrale de Marcelle Delpastre aux éditions Lo Chamin de Sent Jaume.

L’univers de Marcelle Delpastre est tout entier concentré dans un cercle de quelques kilomètres de rayon dont le centre serait Germont, mais toutes les énigmes de l’Univers y sont contenues.
Le message de Marcelle Delpastre s’étend à l’Univers et parle pour tous les hommes. C’est ce qui fait la force et la beauté de son œuvre.

Fille, petite-fille et arrière-petite-fille de paysans limousins, elle écrit tout en étant agricultrice. Dans ces écrits, elle mêle la célébration insatiable de la beauté du monde et ses mystères à la déploration excédée de ses pauvres malheurs humains.

Ethnographe et ethnologue exigeante, décortiquant le monde rural dont elle fait partie, mémorialiste méticuleuse de ce qu’elle perçoit comme la fin de la civilisation paysanne, elle publie sept gros volumes de souvenirs, écrit de nombreuses chroniques incisives dans les journaux régionaux (La Montagne, Limousin Magazine, L’Écho du Centre, et Le Populaire du Centre).

Elle est reconnue aujourd’hui comme étant l’un des dix plus grands écrivains occitans du XXe siècle.

Œuvres liées