Marcel Gromaire

Marcel Gromaire
Photo : P. Boucher.
Source : Cité internationale de la tapisserie
© Droits réservés

À propos

Né en 1892 à Noyelles-sur-Sambre (Nord), Marcel Gromaire se consacre à la peinture à partir de 1910, après des études de droit à Paris. Ses toiles se caractérisent par une construction géométrisante, des lignes puissamment cernées, montrant l’influence qu’exercent les peintres tels Henri Matisse, Paul Cézanne ou Fernand Léger.

Mobilisé pour la Première Guerre mondiale, Marcel Gromaire est blessé en 1916 dans la Somme. Après la guerre, il officie en tant que critique de cinéma, continue de peindre et expose dans les salons parisiens. Il remporte un franc succès lors du Salon des indépendants de 1925 où il expose la Guerre.

Au-delà de la peinture, du dessin et de la gravure qui occupent une large place dans son travail, Marcel Gromaire s’intéresse aussi à l’art monumental, à travers le panneau mural, le vitrail et la tapisserie.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, de 1939 à 1944, Marcel Gromaire réside à Aubusson, où, aux côtés de Jean Lurçat notamment, il participe au renouvellement de l’art de la tapisserie, devenant l’un des acteurs majeurs de la renaissance de cette tradition. En 1950, il est nommé professeur à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris ; il quitte ces fonctions en 1962.

Durant cette période, il réalise onze cartons, la plupart tissés à l’atelier Goubely d’Aubusson. avec notamment sa série des Saisons, où chaque saison est représentée par une région de France ou Aubusson, particulièrement représentative de l’impression que lui ont laissé la ville et sa nature environnante. Malgré la brièveté de son activité de peintre cartonnier, ses œuvres font date dans l’art de la tapisserie : chaque tissage impose une composition rigoureuse, un trait vigoureux et robuste, une certaine économie des couleurs et des jeux de clair-obscur.

Marcel Gromaire meurt le 11 avril 1971 à Paris

Œuvres liées