Manufacture Tharaud

À propos

Pierre Tharaud est le fils de Mme Tharaud qui tint à partir de 1789 le magasin parisien de la manufacture royale de porcelaine. Sa mère le place en apprentissage à la manufacture limousine d’Étienne Baignol pour y apprendre le métier de tourneur. Il travaille ensuite pour Sèvres, avant de diriger la manufacture de Darte.
Il rentre en Limousin vers 1818 et s’y voit confier la direction de la nouvelle fabrique des frères Alluaud aux Casseaux. Un an plus tard il réhabilite à son compte l’ancienne manufacture royale située sur la route de Paris. Il y emploie soixante ouvriers formés par ses soins. Son entreprise travaille alors du kaolin de Saint-Yrieix et vend à Paris, dans le Midi, et en Allemagne. En 1819 sa manufacture déménage aux abords de la place Tourny. Autorisée par le roi à prendre le nom de manufacture royale, elle sera exploitée jusqu’en 1843.
La réussite de Jean Tharaud suit son cours. En 1827 il acquiert un dépôt de porcelaine à Paris où le directeur de Sèvres figure parmi ses clients. Il acquiert ensuite des gisements de kaolin à Saint-Yrieix et Coussac-Bonneval, ainsi qu’une usine sur la Vienne destinée à broyer les pâtes. Devenu un artiste et un industriel accompli, Jean Tharaud entreprend de faire partager ses connaissances au près des jeunes : Simple ouvrier en porcelaine, il est descendu du tour pour apprendre à d’autres à le manier, possédant la connaissance parfaite de cette fabrication. Il forma ainsi les plus habiles tourneurs de Limoges avant de s’éteindre en 1843, laissant à sa femme la direction de la manufacture.

Œuvres liées