Manufacture de Sarreguemines

À propos

En 1799, Paul Utzschneider investit dans une modeste faïencerie lancée en 1790 à Sarreguemines sur les rives de la Sarre. Il y apporte ses connaissances et la petite entreprise se développe rapidement, favorisée par le blocus de l’Angleterre, alors principal pays fournisseur de faïence. En 1812, l’entreprise comprend déjà cent soixante ouvriers pour sept fours à bois. Paul Utzschneider apporte de nouvelles terres, impliquant de nouvelles couleurs à la fabrication de la faïence, et Sarreguemines commence peu à peu à concurrencer la célèbre manufacture Wedgwood britannique.

En 1836, le baron Alexandre de Geiger, gendre de Paul Utzschneider, prend la succession à la tête de l’entreprise. Celle-ci compte alors trois cents ouvriers, sept fours et trois moulins. Alexandre de Geiger continue à développer la faïencerie. Il s’allie à de nouveaux collaborateurs et inaugure une nouvelle société qui prend le nom de Utzschneider & Compagnie. Cette nouvelle entreprise dispose à présent de trois usines. Les techniques évoluent, notamment pour l’impression des motifs. À partir de 1870, apparaissent les majoliques, pièces majeures de la production de Sarreguemines. À Alexandre de Geiger succède son fils, Paul, en 1867. L’entreprise dénombre désormais mille huit cents ouvriers. Paul de Geiger ouvre de nouvelles usines en France, dont une à Digoin en Saône-et-Loire. Il décide de réorienter sa production, essentiellement vers la céramique du bâtiment. L’entreprise réalise alors des panneaux décoratifs destinés à orner tous types de bâtiments. Il offrit d’ailleurs une composition à son ami Adrien Dubouché, directeur du musée céramique de Limoges. Paul de Geiger décède en 1913 et la manufacture est reprise par trois nouveaux associés. La faïencerie continue à exercer sans encombre jusqu’en 1939, date à laquelle la ville de Sarreguemines est évacuée et ses usines fermées. La manufacture rouvre un an plus tard, sous tutelle allemande. En 1942, elle est rachetée et rattachée au groupe Villeroy & Bosch, du nom des anciens associés d’Alexandre de Geiger.
Se spécialisant tour à tour dans la vaisselle hôtelière puis dans la fabrication de matériaux (carrelages...), la manufacture de Sarreguemines cesse son activité en 2007.

Œuvres liées