Lorsque descend le crépuscule

© Droits réservés
MP3 - 1.5 Mo
Ginette Paupy, Lorsque descend le crépuscule...
Enregistrement : Françoise Étay avec Rolande Faufingue et André Bareaud, 1996.
© Françoise Étay et al.

L’œuvre et le territoire

Les collectages réalisés à partir des années 1970 ont mis en évidence un certain nombre de chansons populaires et engagées évoquant la Seconde Guerre mondiale. Territoire notoirement concerné par ce conflit, par les exactions menées par l’occupant, mais aussi par les opérations de la Résistance, le Limousin recèle d’airs qui, même lorsqu’ils n’évoquent pas directement la manière dont la région a traversé cet épisode marquant, en supposent l’impact social et culturel.

Ginette Paupy [69 ans lorsqu’elle a été enregistrée en 1996] était adolescente lorsqu’elle chantait cette parodie de Reginella, immense succès de Tino Rossi en 1939. La chanson fait allusion aux bombardements de Londres par les Allemands en septembre 1940. Auteur anonyme, transmission orale : on est là au départ de ce qui aurait pu devenir une chanson traditionnelle, un siècle plus tôt.

Françoise Étay, 2017.

Une chanson pouvant être considérée comme traditionnelle à partir d’une transmission sur au moins trois générations, il est sans doute difficile de considérer comme telle cette satire, dont le contexte de création n’a d’ailleurs véritablement rien à voir avec notre époque.

Une nouvelle fois, on ne peut que constater que la transposition d’un élément culturel, ici une chanson, d’une société à une autre, en l’occurrence du milieu populaire des années 1940, rural et essentiellement oral, au nôtre, celui du début du XXIe siècle, peut parfois lui conférer de nouveaux aspects comiques, mais, à coup sûr, lui en fait perdre, puisque des allusions transparentes à l’origine ne le sont plus pour nous.

Françoise Étay, « Moqueries limousines. Chansons en pays rebelle », Cahiers d’ethnomusicologie, n° 26, 2013.

Localisation