Notes d’un voyage en Auvergne et dans le Limousin Limoges, Saint-Michel-aux-Lions

Prosper Mérimée, Notes d’un voyage en Auvergne et dans le Limousin, H. Fournier (Paris), 1838, p. 94-95.

Situé dans la partie la plus élevée de la ville, Saint-Michel s’annonce au loin par sa haute tour d’où la vue s’étend sur tous les environs. Cette tour à cinq étages, et d’une singulière légèreté, est la copie évidente de celle de la cathédrale, et ne s’en distingue que par une flèche fort élégante, surmontée d’une grosse boule en bronze doré.

[…] A l’entrée d’un petit parvis qui précède le portail Sud, on a placé plusieurs lions en granit très grossièrement sculptés et qui semblent fort anciens. On dit qu’ils proviennent de l’ancienne église de Saint-Michel ou de celle de Saint-Martial. Ce qu’il y a de certain, c’est qu’ils sont forts antérieurs à l’église actuelle. Un autre lion, qui faisait pendant aux premiers sans doute, se trouve encastré dans un mur à l’angle d’une rue voisine de Saint-Michel. Sa gueule, et peut-être tout son corps, est creusée comme pour recevoir un tuyau.

Prosper Mérimée, Notes d’un voyage en Auvergne et dans le Limousin (Église Saint-Michel-des-Lions...)

L’œuvre et le territoire

Mérimée décrit ici l’église de Saint-Michel-des-Lions à Limoges, qui doit son nom aux deux lions gallo-romains de pierre qui gardent son entrée.

À propos de Notes d’un voyage en Auvergne et dans le Limousin

Parues en 1838, les Notes d’un voyage en Auvergne et dans le Limousin sont en fait des extraits d’un rapport adressé au ministre de l’Intérieur par Prosper Mérimée, alors inspecteur général des Monuments historiques.

Localisation

Également dans Notes d’un voyage en Auvergne et dans le Limousin