Jean-Baptiste Audiguet, Limoges, rue de Babylone
Numérisation
© Bibliothèque francophone multimédia de Limoges

L’œuvre et le territoire

Cette photographie de Jean-Baptiste Audiguet est prise à deux pas du 107 rue de Babylone où logeait l’écrivain japonais Shimazaki Tōson. Par un surprenant hasard, elle correspond exactement à la vue que décrivait l’écrivain Shimazaki Tōson dans son roman L’Étranger :

De la fenêtre, j’apercevais le chemin de Babylone à travers les treilles que recouvraient les sarments. Sur la colline, la prairie s’étendait jusqu’au bord de la rue et il arrivait que se reflètent, dans les vitres de la fenêtre derrière laquelle j’écrivais, les têtes des vaches qui s’avançaient jusqu’au bout du rocher rouge.

Poète et écrivain, Shimazaki Tōson dut quitter son pays pour une affaire d’honneur. Au début de la Première Guerre mondiale, il résidait à Paris. Sa logeuse, devant l’avancée des armées allemandes, lui conseilla de se réfugier dans sa famille, à Limoges. Shimazaki Tōson décrivit, dans L’Étranger, la ville en témoignant les sentiments et les angoisses de ses habitants en ce début de guerre. Il souligna l’apaisement, que son séjour limougeaud lui procura après la crise qu’il avait vécue.

Étienne Rouziès et Jean-Marc Ferrer, Une histoire de la photographie à Limoges, Les Ardents éditeurs, 2011.

Localisation