Limoges, incendie du quartier des Arènes : vue prise sur le sol de la rue du Bélier

Jacques-Joseph Maquart, Vue prise sur le sol de la rue du Bélier
Numérisation
© Bibliothèque francophone multimédia de Limoges

L’œuvre et le territoire

Au soir du 15 août 1864, un violent incendie se déclenche dans le quartier des Arènes. Facilitée par l’enchevêtrement des maisons à pans de bois et torchis, la propagation du feu n’est stoppée que le lendemain matin vers sept heures, mais les pompiers de Limoges continueront de surveiller les ruines pendant plusieurs semaines.

Cet événement a suscité un émoi national et un élan de solidarité dépassant les frontières. L’incendie a provoqué la destruction de 109 maisons, soit deux tiers du quartier des Arènes.

Pour entretenir la mémoire de cet événement majeur de l’histoire moderne de la ville, Jacques-Joseph Maquart réalise peu de temps après un album en quinze planches (douze dessins et trois plans du sinistre), qu’il offre au conseil municipal de Limoges.
Le présent dessin propose un témoignage éloquent de l’ampleur du désastre. La verticalité des rares pans de murs encore debout fait ici écho au clocher de l’église Saint-Michel-des-Lions en arrière-plan.
L’incendie occasionne la disparition d’un dédale de rues étroites, remplacé par de nouveaux immeubles modernes, suivant les canons du style haussmannien. À la rue du Bélier évoquée sur ce dessin se substitue un axe plus large, rectiligne, correspondant approximativement aujourd’hui à la rue d’Aguesseau.

Localisation