À propos

Formés en 1983 autour de Didier Wampas (Didier Chappedelaine de son vrai nom, né le 19 février 1962), ils ont pour « ambition initiale d’être le chaînon manquant entre les Chats sauvages et les Ramones [qu’ils imitent en accolant le nom du groupe à leur prénom, constituant ainsi une famille], de faire avec le rock français ce que les Cramps font au rockabilly ».

Ils tournent beaucoup et s’inscrivent pleinement dans la scène indé partageant l’affiche avec des groupes tels la Mano Negra, Bérurier noir, Ludwig von 88, Parabellum, les Garçons Bouchers...

Après diverses sorties (un ou deux 45 tours et un maxi en 1985-1986), sort leur premier album, Tutti frutti, en 1986. C’est dès cette époque que la voix « dissonante » de Didier Wampas devient un élément constitutif de l’esthétique du groupe qui n’hésite pas à proposer des t-shirts portant l’inscription bien connue « Le chanteur des Wampas chante faux (mais c’est fait exprès) ». Ils enchaînent les albums et les tournées, restant à la fin des années 90 l’un des rares groupes survivant de la scène alternative de leurs débuts.
En 2003, la notoriété des Wampas s’envole avec le succès commercial du single « Manu Chao » issu de l’album Never trust a guy who after having been a punk, is now playing electro et leur nomination aux Victoires de la Musique dans la catégorie « révélation de l’année ». Au cours de la soirée, qui a vu le groupe Kyo l’emporter, Didier Wampas, partant du haut des gradins, descend jusqu’à la scène en criant « les Wampas n’aiment pas les autres, ils n’aiment pas Kyo, et ils n’aiment pas la variété pourrie »...
Depuis cette prestation d’anthologie, les Wampas continuent d’inventer le rock’n’roll et se font, de temps en temps, remarquer du grand public avec le single « Chirac en prison » en 2006 qui ne manque pas de faire polémique, ou encore avec le titre « Faut Voter Pour Nous » écrit pour les présélections de l’Eurovision en 2007 (au cours desquelles ils seront éliminés au profit des Fatals Picards).

Œuvres liées