2 œuvres

L’œuvre et le territoire

En résidence à La Pommerie pendant deux mois, du 15 juillet au 15 septembre 2013, Capucine Vever et Valentin Ferré ont investi le plateau de Millevaches et réalisé un ensemble d’œuvres résonnant autour de problématiques développées depuis les débuts de leur collaboration.

Parallèlement, Valentin Ferré et Capucine Vever ont élaboré une cartographie répertoriant les positions sur le plateau de Millevaches de l’ensemble des œuvres produites au cours de leur résidence à La Pommerie.

Les Rémanents constituent en sylviculture, l’ensemble des restes de branches ou de troncs mal conformés, abandonnés sur les exploitations forestières du fait de leur faible valeur commerciale. Ils jouent un rôle important dans le cycle de re-génération des forêts ; le bois mort étant primordial pour la production de l’humus forestier, du cycle du carbone, et des équilibres écologiques. Un phénomène ou un élément est dit rémanent lorsqu’il perdure dans le temps, après la disparition de la cause qui l’a mis en place. Par extension, nous nous sommes autant intéressés aux restes d’arbres, à l’empreinte que la forêt produit sur le paysage, et aux espaces délaissés ou abandonnés liés à l’exploitation forestière sur le plateau de Millevaches.

Capucine Vever & Valentin Ferré

Capucine Vever & Valentin Ferré ont une pratique collective depuis maintenant quatre ans. Au sein de résidences artistiques et temps de travail collectif, ils déploient des installations, sculptures, vidéos, œuvres sonores ou éditions prenant comme point de départ la relation de l’homme à son environnement, le contexte social et géographique, les interactions entre paysages et habitants 
et les problématiques liées à l’aménagement du territoire. Les vestiges d’activités humaines les intéressent tout particulièrement.