Les Coutures Les briques rouges...

Serge Vacher, Les Coutures, Les Éditions Nykta, 2008, p. 63-64.

© Droits réservés

Les briques rouges des immeubles luisaient. Gilles et Lola, marchaient serrés l’un contre l’autre. Ils ont traversé le square coincé entre les rues Caille et Pressemane. Le bac à sable. Un peu plus loin, L’école des Bénédictins, juste en face du collège Donzelot. La rue à traverser pour passer de l’enfance à l’adolescence turbulente. Les premiers mégots, premiers bécots. Tout cela ressurgissait, frappait au cœur, au ventre. Ces années envolées, perdues : promets-moi de ne jamais oublier. Pas besoin de se forcer. On n’oublie rien !
Leur amour avait-il commencé là ? Entre les flippers du Pénalty, pas encore Quai des Brumes, avec les Jeannots, tous des Jean, Jean-Pierre, Luc, Jacques et Louis ; et les nanas, Sylvie, Nicole, Anne-Marie et j’en oublie. Les petits flirts, normal, quoi !
Alors que s’était-il passé au cours de ces quinze ans ? L’usine de porcelaine, en bas de l’avenue Jean-Gagnant, au bord de la Vienne, avait cessé toute activité. On avait choisi un des bâtiments : il était devenue une Maison de
la Porcelaine
, avec musée, historique et point de vente. Une usine morte, qui n’intéresse plus désormais que les touristes ou quelques historiens curieux qui préparent un bouquin. Les trois autres s’écroulaient petit à petit, crevaient, craquaient, sombraient.
Un peu comme le parler patoisant et traînant des Ponticauds. Une langue mourante que l’on croise de plus en plus rarement au fond d’un rade merdique tenu par une bonne femme sans âge, à deux doigts du néant. Le type boit son verre de blanc à petites gorgées, fait traîner et lance de temps en temps quelques mots à l’attention de la patronne qui prend juste la peine de répondre, l’habitude.
La ville a restauré le grand four, également. Devenu Monument Historique : à la mémoire de ceux qui ont cuit tout autant que les plats, suffocant dans une chaleur d’enfer, morts à soixante ans au Vieil Hôpital, les poumons cramés, les yeux enfoncés. Monument aux Morts.

Serge Vacher, Les Coutures (Les briques rouges...)
© Droits réservés

À propos de Les Coutures

Un ancien ouvrier de l’usine de retraitement des métaux du Palais-sur-Vienne au chômage, une jeune femme un peu désœuvrée, un éducateur spécialisé avec de grands projets et un jeune espoir de la boxe vont voir leur destin se croiser aux Coutures, quartier populaire au pied de la gare des Bénédictins.

Localisation

Également dans Les Coutures