Le Vol de l’alouette

1170 - 1225

Bernart De Ventadorn, Les Troubadours : l’œuvre poétique, Desclée de Brouwer, « Petite bibliothèque européenne », 2000.

Can vei la lauzeta mover
De joi sas alas contra-l rai
Que s’oblid’e-s laissa chazer
Per la doussor c’al cor li vai,
Ai ! tan grans enveya m’en ve
De cui qu’eu veya jauzion,
Meravilhas ai, car desse
Lo cor de dezirer no-m fon.

Ai las ! tan cudava saber
D’amor, e tan petit en sai !
Car eu d’amar no-m posc tener
Celeis don ja pro non aurai.
Tout m’a mon cor, e tout m’a me,
E se mezeis’e tot lo mon ;
E can se-m tolc, no-m laisset re
Mas dezirer e cor volon.

Anc non agui de me poder
Ni no fui meus de l’or’en sai
Que-m laisset en sos olhs vezer
En un miralh que mout me plai.
Miralhs, pus me mirei en te,
M’an mort li sospir de preon,
C’aissi-m perdei com perdet se
Lo bels Narcisus en la fon.

De las domnas me dezesper ;
Ja mais en lor no-m fiarai ;
C’aissi com las solh chaptener,
Enaissi las deschaptenrai.
Pois vei c’una pro no m’en te
Vas leis que-m destrui e-m cofon,
Totas las dopt’e las mescre,
Car be sai c’atretals se son.

D’aisso s fa be femna parer
Ma domna per, qu’e-lh o retrai,
Car no vol so c’om deu voler,
E so c’om li deveda, fai.
Chazutz sui en mala merce,
Et ai be fait co-l fols en pon ;
E no sai per que m’esdeve,
Mas car trop puyei contra mon.

Merces es perduda, per ver,
(Et eu non o saubi anc mai),
Car cilh qui plus en degr’aver,
No’n a ges ; et on la querrai ?
A ! can mal sembla, qui la ve,
Qued aquest chaitiu deziron
Que ja ses leis non aura be,
Laisse morir, que no l’aon !

Pus ab midons no-m pot valer
Precs ni merces ni-l dreihz qu’eu ai,
Ni a leis no ven a plazer
Qu’eu l’am, ja mais no-lh o dirai.
Aissi-m part de leis e-m recre ;
Mort m’a, e per mort li respon,
E vau m’en, pus ilh no-m rete,
Chaitius, en issilh, no sai on.

Tristans, ges non auretz de me,
Qu’eu m’en vau, chaitius, no sai on.
De chantar me gic e-m recre,
E de joi e d’amor m’escon.

Bernard de Ventadour, Les Troubadours : l’œuvre poétique (Le vol de l’alouette)

L’œuvre et le territoire

Le Vol de l’Alouette est un poème de Bernard de Ventadour ayant pour thème l’amour courtois.

Dans la première strophe il oppose sa mélancolie personnelle à la joie universelle du retour printanier personnifié par le jeu de l’alouette dans les rayons du soleil. Bien que n’ayant jamais pratiqué le « trobar clus », certains chercheurs ont vu dans ce couplet une allusion à Aliénor d’Aquitaine (l’alouette, Alieta nom d’origine gallo-romaine), qui, paraît-il n’était pas insensible au charme d’un de ses écuyers prénommé Raymond (Ray, rayon).

L’envol est adressé à Tristan. Un compagnon ? un senhal ? ou le Tristan, considéré comme le prototype de l’amant ? On ne sait. Souvenir d’amour, douce mélancolie, joie universelle, colère et enfin résignation sont développés dans ce poème comme dans tous les autres de son œuvre.

Localisation