Le Vilain Petit Canard

Le Vilain Petit Canard, conte d’Andersen traduit par La Chesnais, illustrations de Pierre Belvès, Flammarion « Les Classiques du Père Castor », 1959.

© Les Amis du Père Castor
Pierre Belvès, Le Vilain Petit Canard
© Les Amis du Père Castor

L’œuvre et le territoire

À sa rencontre avec les cygnes, le vilain petit canard découvre alors sa véritable identité...

Il vit sous lui sa propre image, mais qui n’était plus celle d’un oiseau gris tout gauche, laid et vilain. Il était lui-même un cygne.

Cette illustration représente la maison familiale de Paul Faucher ainsi que la petite dépendance à l’arrière de celle-ci. Ces deux bâtisses sont encore visibles aujourd’hui.
Le jardin, quant à lui, n’est pas représentatif de la réalité.

Localisation