Châlucet ou le pouvoir des rêves Le seul endroit...

Pierre-Jean Baranger, Châlucet ou le pouvoir des rêves, Les Ardents Éditeurs, 2016, p. 30-31.

© Les Ardents éditeurs

Le seul endroit où il avait pris l’habitude de se rendre, là où il se sentait en sécurité, c’était la Bfm de Limoges. Étonnant refuge où il se découvrait presque anonyme ! Dès que possible, il se précipitait dans cette vaste bibliothèque. Depuis plusieurs mois, Hugo était en proie à une curiosité permanente et insatiable, passant son temps à fouiller les multiples rayonnages. Il voulait comprendre la signification de ses rêves, mais sans trop savoir par où commencer. Tout l’amenait à croire que la racine de son mal-être se trouvait dans le passé. C’était un immense travail, une recherche impossible. Il lui fallait faire confiance au hasard, à la chance ! À un moment, l’idée lui était venue d’en parler à Dentraille. Sans doute serait-il le mieux placé pour le conseiller... Mais il avait rapidement mis de côté cette option. Autant se débrouiller seul.
Que cherchait-il ? Il n’en savait rien. Abandonnant son blouson sur une chaise, il avait commencé par Histoire de la douce France de Paul Guth. Au bout d’une demi-heure, il avait refermé le livre avec un claquement sec. Rien ne lui parlait. C’était intéressant, mais sans plus. Il passa au suivant, un ouvrage de Jacques le Goff, avant de le reposer à son tour.
Il se leva, descendit vers le comptoir central, se retrouvant face au sourire d’une des employées.
— Excusez-moi, je voudrais consulter... Je cherche...
— Oui ? l’encouragea la bibliothécaire.
— Auriez-vous un livre qui traite de... Châlucet ?
— Bien sûr ! Il en existe plusieurs. Vous les trouverez sur la gondole 4 B, au deuxième étage.
Châlucet... pourquoi avait-il prononcé ce nom ? C’était juste quelques ruines, au sud de Limoges. Comme si une volonté extérieure l’avait poussé à donner cette réponse.
Il aperçut un homme qui le regardait fixement, de l’autre côté de la banque d’accueil. Précipitamment, Hugo baissa les yeux vers l’écran de son MP3. En plus, il devenait parano ! Il ne lui restait plus qu’à trouver la gondole 4 B...

Pierre-Jean Baranger, Châlucet ou le pouvoir des rêves (Le seul endroit...)
© Les Ardents éditeurs

L’œuvre et le territoire

Hugo, jeune lycéen de Limoges, est poursuivi par des rêves qui le hantent. Il se rend à la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges à la recherche de leur signification.

À propos de Châlucet ou le pouvoir des rêves

An de grâce 1181. Aux marges de l’Aquitaine…
Les seigneurs limousins, mécontents de la domination des Plantagenêts, décident de se ranger derrière le roi de France. Des routiers à la solde des Anglais sèment la terreur autour de Limoges, ruinant les campagnes et menaçant nombre de châteaux, dont la célèbre forteresse de Châlucet.
Tentant de rallier les seigneurs à ce qui semble être les prémices d’une guerre, le chevalier Bernard de Jaunhac se rend au château de Bonneval. Il tombe alors sous le charme d’Isabeau, la fille du marquis. Mystérieusement, les bagues qu’ils possèdent l’un et l’autre entrent en résonance !

De nos jours… dans un lycée de Limoges.
Comme « possédé », le jeune Hugo Bardent se met à parler en langue médiévale en plein cours d’histoire ! Son professeur, Antoine Dentraille, est d’autant plus intrigué que le garçon répète à plusieurs reprises une phrase en latin, Circuli generat lucem : « Le cercle engendre la lumière. » Or cette formule énigmatique est exactement celle découverte par Antoine quelques années auparavant lors d’un chantier de fouilles en plein cœur du désert syrien !

Des premières intrusions barbares dans l’Empire romain jusqu’aux croisades, du Proche-Orient aux confins de l’Aquitaine médiévale, Hugo, par la force de ses rêves, se retrouve impliqué dans une quête l’amenant à découvrir les pouvoirs magiques de deux bagues qui ont traversé les âges et le temps.

(Les Ardents Éditeurs)

Localisation

Également dans Châlucet ou le pouvoir des rêves