Le Limousin par la bande

Histoire & Mémoire

La Seconde Guerre mondiale n’est pas finie que déjà il s’agit de témoigner de son déroulement, de l’engagement des Alliés, des actes de résistance mais aussi et surtout de la barbarie nazie. Ainsi, Victor Dancette et Edmond-François Calvo dressent le récit terrifiant des pendus de Tulle et du massacre d’Oradour dans la première bande dessinée à évoquer le sort des Juifs européens. Un an après celui-ci, René Brantonne, dans une affiche pour l’Union de la jeunesse républicaine de France (UJRF), invite à ne pas oublier...

Nous n’oublions pas les crimes abominables des Nazis. Achetez, diffusez partout le tableau accusateur « Souviens-toi d’Oradour-sur-Glane ».

Au début du XXIe siècle, marqué par ses drames et ses catastrophes, la dernière en date alors étant celle des attentats du 11 septembre 2001, Pascal Croci s’interroge sur l’humanité, revenant sur ce même drame d’Oradour.

L’Histoire se révèle parfois plus difficilement. Ainsi, dans L’Art de voler, Antonio Altarriba retrace la vie de son père, républicain espagnol réfugié en France qui est amené à intégrer la Résistance. C’est aussi le cas de l’épisode des mutins de La Courtine, au cours de la Première Guerre mondiale, épisode relégué de la mémoire officielle que Didier Daeninckx fait resurgir au gré de l’enquête d’Eugène Varlot dans Le Der des ders qu’a adapté en bande dessinée Jacques Tardi.