Le Loup dans La Bourgerie Le grand jour !

Jean-Louis Boudrie, Le Loup dans La Bourgerie, La Geste, « Geste noir », 2016, p. 163-164.

© La Geste

Le grand jour ! Il y a, dans la vie, des moments de grâce où tout paraît magique, radieux, facile, lumineux. Ce 3 novembre, jour de Saint-Hubert, était de ceux-là. Ce trou dans les nuages au-dessus de La Bourgerie, les beaux yeux bleus et le sourire enjôleur de Gladys, la présence de ce fauve mythique dans les fonds de Combenègre étaient pour Hugo autant de preuves irréfutables de l’existence de Dieu.
Avant le jour, il y avait eu la nuit, nuit de sommeil et de réflexion, ce qui n’est pas incompatible. C’est souvent de là que viennent les grandes idées. Hugo en avait deux, écloses au petit matin. La première, c’était que cet animal de légende méritait mieux qu’un vulgaire coup de fusil au détour d’un fourré. D’ailleurs, c’était interdit. Il serait donc chassé à courre dans la plus pure tradition de la vénerie française, avec tous les égards dus à son rang. Les fusils resteraient au râtelier. Du panache ! La seconde était que Gladys Oakwood était un charmant petit animal, méritant, elle aussi, toute sa considération. Il avait aussitôt demandé à madame Peyrichoux de préparer, à toutes fins utiles, la chambre à baldaquin du premier étage, avec un petit coup d’encaustique et un bouquet de fleurs. Il se chargerait du reste.
Sur le perron de granit, il était dans son élément, impeccable dans sa tenue de l’Équipage de La Bourgerie, redingote vert forêt à parements feuille morte. Derrière lui, douze générations de Delbosc qui étaient maîtres chez eux et recevaient leurs amis. Ce n’était pas une question d’ego plus ou moins chatouilleux mais le simple respect de l’ordre naturel et intangible des choses de La Bourgerie : autorité naturelle, connaissance de la chasse et courtoisie.

Jean-Louis Boudrie, Le Loup dans La Bourgerie (Le grand jour !)
© La Geste

L’œuvre et le territoire

La chasse est une passion pour Jean-Louis Boudrie, passion qu’il transmet dans ses polars. Ici, Hugo, né dans une famille bourgeoise limousine où l’on est chasseurs de père en fils, se prépare à la partie de chasse la plus excitante et marquante de toute sa vie : la chasse au loup ! Le respect que lui impose cet animal, qui ne s’est plus chassé dans les monts de Châlus depuis 1922, a fait qu’une chasse à courre a été spécialement organisée pour le faire fuir et non le tuer.

La Bourgerie est un domaine fictif, lieu-cocktail de toute une vie de chasse dans les monts de Châlus, dans les environs du Grand Puyconnieux, point culminant des monts de Châlus.

À propos de Le Loup dans La Bourgerie

Une jeune journaliste anglaise, Gladys Oakwood, se rend à Limoges pour un stage dans un journal local. À son arrivée, elle est amenée à couvrir un fait-divers dans les monts de Châlus, au domaine de La Bourgerie, où des chiens errants ont attaqué un troupeau de moutons. Mais le fait-divers devient une véritable enquête lorsqu’une femme est découverte dans la forêt, elle aussi dévorée. Gladys suit alors l’enquête de police, riche en rebondissements et autres morts suspectes, et rencontre les habitants hauts en couleurs des hameaux voisins.

Localisation

Également dans Le Loup dans La Bourgerie