Meurtres en Limousin volume 3 : La Morsure du silence Le café-concert...

Franck Linol, La Morsure du silence, Geste éditions, 2012, p. 75-76.

© La Geste

Le café-concert La Fourmi était situé au bord de la Vienne, entre le pont Saint-Martial et le Pont-Neuf, dans une ancienne zone où était implantée jadis une usine de textile. Le quartier du chemin de la Font Pinot gardait une atmosphère d’époque, comme un îlot qu’on aurait abandonné et oublié au milieu d’un urbanisme rénové et modernisé durant les dernières décennies. Mais les vieux murs et les vieilles toitures avaient mal réagi aux attaques du temps. L’endroit, avec sur les berges ces zones envahies par les herbes folles, ces cours défoncées sans lampadaire, pouvait donner des frissons en hiver ou à la tombée de la nuit. C’est là que l’association L’Art… Scène organisait des concerts de « musiques actuelles » selon la formule pour le moins alambiquée, et donnait sa chance à la scène émergente locale.

Franck Linol, La Morsure du silence (Le café-concert...)
© La Geste

L’œuvre et le territoire

L’enquête sur les morts mystérieuses de deux hommes mène Dumontel et son équipe au quartier de la Font-Pinot. La Font-Pinot est un ancien quartier industriel. En 1914, Henry Duboys y édifie une usine textile qui fermera ses portes en 1969. Entre les ateliers et les quais de la Vienne subsistent d’anciens bâtiments de ferme intégrés à l’usine ainsi qu’une fontaine en ciment qui donna son nom au site. Si aujourd’hui le quartier paraît en friche, il n’est pas pour autant à l’abandon : le café-concert La Fourmi se situe juste en face de l’ancienne usine textile dans laquelle la manufacture de porcelaine Pierre Arquié s’est implantée depuis 1996.

À propos de La Morsure du silence

Un promeneur découvre le cadavre d’un jeune homme près de John Lennon, une salle de concert située dans la banlieue sud de Limoges. L’autopsie ne révèle rien de particulier si ce n’est un étrange tatouage au henné à la base du cou. Quelques semaines plus tard on découvre un nouveau cadavre avec le même tatouage près d’une autre salle de concert rock, La Fourmi.

(Geste éditions)

Dans ce troisième volume de la série « Meurtres en Limousin », l’inspecteur Dumontel, plongé dans un univers insolite, va devoir résoudre plusieurs énigmes : qu’est-ce qui pousse le tueur à choisir ces lieux, des scènes de rock ? Que signifie cette marque sur le corps des victimes ?

Localisation

Également dans La Morsure du silence

Dans la même série Meurtres en Limousin