3 œuvres

L’œuvre et le territoire

De 1777 à 1969, Lavaveix abrite l’une des principales mines de charbon du Limousin.

Preuve de cet essor, l’ancien hameau de La Vaveix est érigé en commune en 1868, sur demande de la compagnie minière des Houillères d’Ahun, venant satisfaire les exigences administratives de cette cité devenue petite ville (4000 habitants selon le recensement de 1876, et 2000 ouvriers sur le bassin). Les photographies d’Alphonse de Nussac attestent une architecture typique des localités minières, où le recours à la brique évoque fortement les paysages urbains du Nord et de Belgique. Ces clichés évoquent aussi la société propre à l’activité minière qui est en place à Lavaveix au tout début du XXe siècle.

Lavaveix connaît ensuite au long du XXe siècle, et en lien avec le déclin progressif de la productivité du filon, une baisse continuelle de sa population, jusqu’à 687 habitants (recensement de 2014).

Le patrimoine minier du bourg a été progressivement valorisé par des sentiers d’interprétation au début du XXIe siècle. Encore aujourd’hui, les bureaux, les corons, l’ancienne école des galibots (nom donné aux jeunes employés au fond des puits), ou encore la topographie accidentée continuent de témoigner de ce pan d’histoire économique du Limousin.

La mine de Lavaveix fut l’une des deux principales de la Creuse, l’autre se situant à Bosmoreau-les-Mines.