Vieux Limoges La Vienne

Paul-Louis Grenier, Òbra Poetica Occitana, Édicions dau Chamin de Sent Jaume, 2001, p. 260-263.

© Edicions dau Chamin de Sent-Jaume

La Vinhana

Avant los jorns ont se son abasats
los palaç
miralhant, en sos flòts, lor beutat romana,
avant los jorns onte la raça umana,
sos la clujassa d’una chabana,
gostava, sus sos bòrds, lo repaus e lo som,
a colenat la Vinhana,
còla dempuei lo temps ont n’avia pas nom.

Aura los ponts de sant Esteve e sant Marçau
la trauchan, amb lo tindau
abadiau
de las monjas
que, de lors òrtas lonjas,
la veson passar.

Colena, la Vinhana,
en virolar,
colena e s’afana,
seguent lo chamin dau solelh.

Coma lo vin sos lo trelh,
colena d’esclusa
en esclusa
e, subran,
dins sa corsa tumultuaria,
après un jorn obrant,
sos l’apel ardejant
de l’estela polaria,
s’eslança vers lo nòrd,
coma una nau que rentra au pòrt.

Paul-Louis Grenier, Vieux Limoges (La Vienne)
© Edicions dau Chamin de Sent-Jaume

L’œuvre et le territoire

Dans ce poème, Paul-Louis Grenier décrit la Vienne et son cheminement immémorial. Si le texte évoque le passage de la rivière à Limoges, le changement de cap vers le nord dont parle finalement le poète pourrait être une allusion à la bifurcation brutale du cours d’eau au sortir du Limousin, qui, arrivé en Charente, quitte sa trajectoire vers l’Océan pour se diriger finalement vers la Loire.

À propos de Vieux Limoges

Dans son recueil Vieux Limoges (Vielh Lemòtges), quatrième volume de ses œuvres poétiques, Paul-Louis Grenier fait revivre la cité médiévale, ses légendes et figures, et les bords de Vienne.

Localisation