Les collines d’Anzême

Huile sur toile, 54 × 65 cm.
Legs du Docteur Bord en 1954 au musée d’Art et d’Archéologie de Guéret.

Armand Guillaumin, « Les collines d’Anzême »
C.O. Darré

L’œuvre et le territoire

Plus intéressé par la couleur que par la lumière, Guillaumin peint des toiles qui sont souvent empreintes d’un certain lyrisme et les coloris sont toujours somptueux. La datation de cette œuvre est incertaine mais elle aurait probablement été peinte à la fin de la carrière de Guillaumin. On y trouve un motif plastique épuré, où seule la couleur prime. Le peintre fut l’un des premiers à utiliser des touches de couleur pure dès les années 1880. S’il se rapproche en cela des fauves, il n’utilise pas les aplats de couleur pour construire ses compositions. Cependant, il montre dans cette œuvre une technique mixte, mêlant ses longues touches parallèles que l’on observe sur la colline de gauche à des touches beaucoup plus larges, ou parfois en virgule.

Localisation