La Sédelle de Francis Picabia

Dans la série « Les diptyques de paysages » : D’après la Sédelle de Francis Picabia (1909) et La Sédelle d’après une photo de 2005, André Raffray, 2006.
Crayon de couleur sur papier, 2 x (69 × 88 cm).

© Adrienne Raffray
André Raffray, La Sédelle de Francis Picabia
Photo : Freddy Le Saux
© FRAC-Artothèque du Limousin

L’œuvre et le territoire

En 2004, André Raffray prospecte en Limousin, sur les traces d’un paysage de la Sédelle, peint par Picabia en 1909 à Crozant. Équipé d’une reproduction de l’œuvre et aidé de la population locale, l’homme de terrain emprunte des sentiers incertains à la recherche du « lieu déjà visité par ce regard illustre » de sorte qu’il puisse « planter le pied de son appareil photo à l’endroit précis, où des années plus tôt, Picabia avait disposé son chevalet ». Une fois retrouvé avec les conditions saisonnières adéquates, le cadrage est respecté. Silence ! on tourne pour un fragment de seconde : l’image est dans la boîte, l’émotion recherchée au rendez-vous chez le réalisateur.
Riche de cette expérience à transposer sur la toile, le scénario d’André Raffray se poursuit à l’atelier. La peinture est recommencée en un diptyque où le crayon de couleur suggère la vision de Picabia revisitée par André Raffray. En 2006 l’œuvre est achevée et intègre la collection du FRAC Limousin.

Localisation