La Salamandre Ernestine

Robert Margerit, La Salamandre Ernestine, Rougerie, 1953.

© Luc Arrou, Marie-Paule Desmoutiers Menard

Une œuvre

L’œuvre et le territoire

Pour écrire sa sotie, Robert Margerit s’est inspiré de son lieu de résidence personnel : un parc boisé d’un hectare, présenté comme étant un jardin dans le texte, avec une piscine dans laquelle se reflète une belle maison du XVIIIe siècle.